Faits Divers

Le mystère demeure concernant le meurtre de Farouk Chaumun

Samedi 10 Novembre 2018

À mesure que les jours passent, le mystère autour du décès du chauffeur de taxi Farouk Chaumun s’épaissit. Ce dernier avait été retrouvé égorgé le matin du samedi 3 novembre à proximité de son domicile, à Ollier. Ce jour-là, il s’était rendu à la prière du matin avant de retourner chez lui. Puis, il est ressorti, cette fois-ci, pour aller acheter des cigarettes. Mais il ne rentrera pas vivant. Le corps de cet homme de 66 ans a été retrouvé à proximité. Il avait été égorgé.  

Dans un premier temps, la thèse d’un voleur qui aurait été surpris par le chauffeur de taxi et l’aurait tué a été privilégiée. D’autant que c’est à proximité d’un jacquier qu’il gisait. Sauf que cette piste a été rapidement écartée par la police. 

Depuis, les interrogatoires de succèdent afin de faire la lumière sur ce drame. Ses voisins ont été entendus. Puis, son fils a été interrogé en deux occasions par les membres du CID de Quatre-Bornes.  

Et hier, c’était au tour de Sulma, l’épouse de Farouk Chaumun d’être interrogée. Et les détails qu’elle a donnés aux policiers n’aident pas à éclaircir le mystère. Ainsi, elle a déclaré, en présence de ses avocats, que son époux était dépressif depuis quelque temps. Le chauffeur de taxi, a-t-elle ajouté, avait même attenté à ses jours, il y a deux mois. Sulma Chaumun a précisé que Farouk se comportait bizarrement ces derniers et qu’il ne prenait pas ses médicaments.  

Qu’est-il arrivé au chauffeur de taxi ? Les prélèvements effectués sur les vêtements que portaient les membres de la famille le jour du crime pourraient peut-être donner des éléments de réponse. Tout comme l’analyse du couteau de cuisine, similaire à l’arme du crime ! En tout cas, il n’y a pas de « voleur de jaques » dans cette histoire.

Rédigé par E. Moris le Samedi 10 Novembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.