Menu


Un autre regard

"Le mauvais style, c'est d'employer de grands mots pour de petites choses"


Rédigé par E. Moris le Jeudi 4 Juin 2020



En regardant le ministre des Finances dans son Grand oral ce jeudi, il y avait beaucoup d'attente et de curiosité.

Qu'allait-il pouvoir nous pondre pour relancer l'économie. Avouons le, une crise, c'est une formidable opportunité, c'est dans la crise que se trouvent les solutions de la crise.  Jusque-là, il y avait encore un peu d'espoir. D'un ton un peu surfait et un rythme assez rapide, il a débité ces mesures. 

"Une crise, ça fait peur, bien sûr, parce que les paradigmes changent..." 

Au fait, qu'est-ce qu'un paradigme ? Le mot vient du grec paradeigma qui signifie "modèle" ou "exemple". On le trouve dans Platon. C'est le sens utilisé en français au XVIe siècle. Une représentation du monde qui repose sur un courant de pensée dominant. Dans le langage courant, un paradigme n'est cité que si l'on veut en sortir.

On peut aussi se demander pourquoi on ne dit plus, comme il n'y a pas si longtemps, "changer de modèle" ou "sortir du modèle"

 Du coup, maintenant, tout changement est un changement de paradigme. A se demander si un autre mot, moins pompeux, n'aurait pas fait l'affaire. Mais il est comme ça le Padayachy, il veut jeter en pleine face pour se donner de l'importance.

On se dit qu'ont tient un concept pour la meilleure comédie de l'année.   

D'ailleurs comme pour mieux souligner qu'il faut vraiment jeter des choses, Padayachy aime jeter l'argent qui n'est pas à lui. Mieux, il a fait imprimer du cash, du flouze, de l'oseille, des payha par la Banque de Maurice pour pouvoir en dépenser. Le concept relève du génie ou d'un des plus grands hold-up de l'Histoire du pays ! Venant d'un homme qui a laissé son empreinte aux services financiers dans un désordre sans nom, il n'y a pas de grande surprise.

Fier comme un paon, le gymnaste nationale continue les acrobaties dans son numéro d'équilibriste, avec un budget en "équilibre" selon son expression. La chute sera plus grande diront les mauvaises langues...


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.