Menu

Société

Le litige Afrinic-Cloud Innovation fait trembler le milieu informatique


Rédigé par E. Moris le Vendredi 6 Août 2021



Il ne s’agit pas d’un banal conflit entre deux compagnies que la cour suprême mauricienne devra trancher. Non, le litige entre Afrinic et Cloud Innovation menace l’accès à Internet dans plusieurs endroits du globe. C’est du moins ce que certaines organisations, opérant dans ce milieu, soutiennent.

Ainsi, elles ont réagi à travers des communiqués pour exprimer leur souhait que l’affaire soit réglée au plus vite. C’est le cas par exemple de l’Internet Society. Cette ONG soutient que des milliards d’internautes à travers le monde risquent d’être impactés par ce problème. Elle ajoute que ce n’est pas le seul continent africain qui sera affecté, même si, dans cette partie du globe, 452 millions de personnes pourraient être concernées par une cessation des activités d’Afrinic. 

L’affaire est complexe. Tentons l’explication ! Les comptes bancaires d’Afrinic ont été gelés par la justice à Maurice. Afrinic est l’organisme qui distribue les adresses IP pour l’Afrique, et donc Maurice. Son siège se trouve à Ebène. Afrinic suspecte la société Cloud Innovation d’utiliser son bureau aux Seychelles pour obtenir des adresses IP destinées à l’Afrique mais de les utiliser hors du marché africain. Cela est contraire aux conditions de l’accord entre Afrinic et ses membres. 

Le conflit prend des proportions énormes lorsque Cloud Innovation obtient un gel des comptes bancaires d’Afrinic à hauteur de USD 50 millions, soit environ Rs 2,14 milliards. C’est la cour suprême mauricienne qui a émis cet ordre le vendredi 23 juillet 2021. Afrinic cherche une modification de l’ordre afin de pouvoir payer les salaires de cinquante employés. 

Mais si Afrinic ne peut poursuivre ses activités, tout le réseau sera affecté. Car le routage d’internet ne sera pas possible. Adieu emails et sites internet… du moins temporairement ! Pour un geek, ce sera la fin du monde.

Vendredi 6 Août 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.