Politique

Le gros mensonge d’Akilesh Roopun

Mardi 13 Août 2019

Mentir est un vilain défaut ! Akilesh Roopun, l’actuel conseiller en communication au ministère des Affaires étrangères, l’aura appris à ses dépens.

Mardi dernier, après que le leader de l’opposition a révélé, à l’Assemblée nationale, qu’il devait obtenir Rs 5 millions sous formes d’action, Akilesh Roopun avait nié en bloc dans les médias.

« C’est complètement faux de dire que j’ai reçu des actions valent Rs 5 millions », avait-il soutenu. Certes, il n’a pas reçu ses actions. Mais le fait est qu’il devait les recevoir à un certain moment. Akilesh Roopun avait confirmé qu’il avait collaboré à la création de la radio en question. Ce qu’il n’avait pas dit, c’est qu’il réclamait Rs 3 000 pour chaque heure de travail à Mayfair and Purely Communications Ltd, qui est la compagnie propriétaire de Planet FM.

En fait, le montant total  de ce qu’il était obtenir s’élève à Rs 5 millions. Sauf qu’il n’allait pas être payé en liquide ou par chèque mais sous forme d’actions (sweat equity).

Le Défi Quotidien est d’ailleurs en possession de courriels échangés entre les divers protagonistes impliqués dans la création de Planet FM. D’ailleurs, dans un mail précis, Akilesh Roopun évoque son dur labeur…

Il soutient qu’il a travaillé en moyenne deux heures chaque jour sur une période de 20 mois. Ce qui fait Rs 3,6 millions. Puis, il y a les Rs 1,3 million pour sa matière grise et autres services.

Rappelons aussi que le média en question détient aussi des courriels où Akilesh Roopun est décrit en des termes peu flatteurs. Mais la grande question est celle-ci : a-t-il le droit en étant employés sous contrat dans un ministère de faire un autre boulot… même en part-time ? C’est sur ce point qu’il risque gros.

Rédigé par E. Moris le Mardi 13 Août 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.