Menu


Politique

Le gouvernement sous l'ère de Pravind Jugnauth c'est un peu Koh Lanta !


Rédigé par E. Moris le Vendredi 26 Juin 2020



Bonne nouvelle pour les aficionados de Koh Lanta, si l'émission fait une pause, à Maurice le gouvernement continue de distribuer et d'enlever le  totem et les colliers d'immunité. 

Les épreuves ne manquent pas sous l'ère de Pravind Jugnauth, entre scandales, démissions et "burning out".

Le scandale de la Centrale St-Louis et des pots-de-vin allégués de Rs 700 millions ne semble être que le début d'une longue saison, sous fond de fraude électorale. Camouflet ou sacré claque pour le Premier ministre, obligé de révoquer son numéro 2, Ivan Collendavelloo qui perd ainsi son poste de Premier ministre adjoint et ministre de l’Energie et des services publics. Ce dernier a tout simplement refuser de "step down" malgré l'insistance de Pravind Jugnauth.

Retour en arrière sur les multiples épreuves du candidat Jugnauth junior.

Depuis 2014, avec l'alliance Lepep sous la gouvernance de SAJ, le père, la liste de démissions de ministre et de députés tient bien plus que sur une feuille A4.

En 2015, Pravind Jugnauth avait dû lui démissionner de son poste de ministre de la Technologie dans le scandale de l’affaire Medpoint sous fond de conflits d'intérêts en faveur de sa soeur et son beau-frère. Il avait été d'ailleurs trouvé coupable en cour intermédiaire, puis remporte son procès en appel dans un formidable tour de passe-passe. 

L'affaire Bal Kouler

Démission en mars 2016 de Raj Dayal, ministre de l’Environnement empêtré dans une histoire de pots-de-vin allégué.

Par la suite, les démissions se sont enchaînées. D’abord, il y a eu trois membres du PMSD, à savoir Xavier-Luc Duval, Dan Baboo et Aurore Perraud. Puis, Ravi Yerrigadoo, Roshi Bhadain, Showkutally Soodhun et Roubina Jadoo-Jaunboccus, Sanjeev Teeluckdharry ont également quitté le gouvernement.

Mars 2019, Vishnu Lutchmeenaraidoo ministre des Affaires étrangères et député de la circonscription no 7 annonce sa démission pour "burning out" et on ne retiendra que sa déclaration : Enough is enough.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.