Menu


Politique

Le gouvernement n’est pas disposé à autoriser le cannabis à usage médical à Maurice avant mars 2020


Rédigé par E. Moris le Mardi 9 Juillet 2019

Séance mouvementée ce mardi 9 juillet, au Parlement lors de la Private Notice Question (PNQ) axée sur le cannabis médical. Le leader de l’opposition s'est adressé au ministre de la Santé, Anwar Husnoo à propos de l'usage du cannabis médical qui n'est pas utilisé ni commercialisé à Maurice.



Le gouvernement n’entend pas, pour le moment, enlever les termes « cannabidiol » et « résine de cannabis » de la liste des drogues dangereuses. C’est ce qu’a déclaré à plusieurs reprises Anwar Husnoo en réponse à la Private Notice Question de Xavier-Luc Duval.

Cependant, a précisé le ministre de la Santé, une décision sera prise à la suite des recommandations que fera un high-level committee sur les recommandations de l’OMS et la particularité de Maurice.

Toutefois, ce comité ne sera mis sur pied qu’en mars 2020, après que la Commission des Nations unies sur les narcotiques aura précisé sa position. Un changement de politique ne sera donc pas pour sitôt !

Xavier-Luc Duval se basait sur des récentes conclusions du comité d’expert de l’OMS sur la dépendance à la drogue. Il a aussi insisté sur le fait que 47 pays ont autorisé l’usage du cannabis et du cannabidiol à des fins médicales. Mais Anwar Husnoo a campé sur sa position. Le gouvernement n’est pas disposé à autoriser le cannabis à usage médical à Maurice avant 2020. 

Xavier-Luc Duval a souligné que 47 pays dont le Royaume-Uni, les Etats-Unis, l'Allemagne appliquent le cannabis médical, pourquoi ne serait-ce pas le cas à Maurice ?  Toujours selon Xavier-Luc Duval, pourquoi attendre 2010 alors que des patients souffrant d’épilepsie ainsi que ceux qui souffrent du cancer utilisent le cannabis pour se faire soigner et se soulager de leurs souffrances.

Et de conclure face au ministre de la Santé : «You are not suffering from epilepsy minister, maybe you won’t care». 

Anwar Husnoo de répondre : «Ankor pe fer la politik lor maler dimoune »

 



1.Posté par Flo Juste le 10/07/2019 01:06
Questions au Ministre Husnoo.

Le Ministre de la Santé peut-il nous dire;

(1) si en matière de santé, son ministere et lui même, suivent les recommandations de l'Organisation Mondiale de la Santé ou les directives anti-droits humains de la Commission des Narcotiques et des Drogues?

(2) si interdir à un malade l'accès à une substance thérapeutique reconnue par l'Organisation Mondiale de la Santé, ne constitue pas une violation du droit à la vie du malade protégé par l'Article 4 (1) de la Constitution?

(3) si criminaliser et pénaliser la consommation de drogues, ne constitue pas une violation de la protection du droit à la liberté personelle protégé par l'Article 5 (1) (h) de la Constitution?

(4) s'il peut nier que sous l'Article 5 (5) de la Constitution, tous les citoyens Mauriciens qui ont été, en vertue des Articles 5 (1) (h) et 2, de la Constitution, illégalement détenus et condamnés pour consommation de drogue et posséssion de drogue pour consommation personelle depuis le 12 mars 1968, ont droit à une compensation de la par de l'État?

(5) s'il peut nier qu'un État qui viole sa propre Constitution est un État Vagabond?

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.