Menu


Politique

Le front commun de l’opposition c’est moi, dit Ramgoolam


Rédigé par E. Moris le Vendredi 2 Octobre 2020



@ Afzal Emamdee
@ Afzal Emamdee
Si « l’État c’est moi », selon Louis XIV, puis Mitterrand, le « front commun de l’opposition », c’est lui. « Et lui, et lui, et lui… » aurait pu chanter Dutronc.

En politique, il ne faut pas attendre que les autres vous donnent votre dû. Mieux vaut le prendre et même le faire savoir quand il ne faut. Ainsi, ce matin au Gandhi Square, à Rivière du Rempart, dans le cadre d’une cérémonie dans le cadre de l’anniversaire de la naissance du Mahatma Gandhi, Navin Ramgoolam a rappelé que c’est grâce à lui que les trois partis de l’opposition ont fait cause commune et même plus ! « Il ne faut pas oublier que réunie, l’opposition avait récolté 63% des voix aux dernières législatives. Et cela, malgré le vol du scrutin », a-t-il déclaré.

Opinion: Chassez le Bérenger, il revient au galop 

Le leader du PTr, sur qui Paul Bérenger a mis une certaine pression pour finaliser l’alliance de l’opposition, a indiqué que rien n’est encore fait pour l’heure. Et qu’il est ouvert au dialogue. Comme dans le film « Fallen », avec Denzel Washington, Navin Ramgolam aurait pu entonner le fameux refrain : « Time is on my side ». Navin Ramgoolam a aussi indiqué que, d’après son constat, « l’éducation, la  politique et l’unité sont en danger aujourd’hui ».


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.