Menu

Régions Océan Indien

Le dossier Chagos n’en finit pas de faire la Une


Rédigé par E. Moris le Mardi 22 Mars 2022



C’est une autre version du « Coup de Sirocco ! » On pourrait presque le baptiser le coup de Port-Louis. Depuis qu’une délégation mauricienne a planté le quadricolore mauricien sur les îles Salomon et Peros Banhos, il y a une déferlante d’articles sur les Chagos sur les sites d’infos.

Un des derniers en date a été publié dans The Conversation. Laura Jeffery, professeure d’anthropologie des migrations de l’Université d’Edimbourg, parle du combat des Chagossiens pour garder leur culture vivante en exil. Cette chercheuse, qui dit avoir mené des recherches auprès des communautés chagossiennes à Maurice et au Royaume-Uni ces 20 dernières années, affirme que les plus âgés poursuivent le processus de transmission de connaissances vitales à travers la musique, la cuisine et la langue.

Ce qui est intéressant, c’est que la professeure d’anthropologie souligne qu’en l’absence d’un patrimoine culturel matériel, les Chagossiens maintiennent le lien grâce au patrimoine culturel immatériel, comme la cuisine à base de noix de coco, la langue kreol et la musique de tambour séga. Et d’un !

D’autre part, dans le Deccan Herald, Sankalp Gurjar,qui est un analyse basé à New Delhi, pose une question intéressante. Il affirme que malgré les arguments de Maurice, sur le plan légal pour soutenir sa revendication de souveraineté, le contrôle territorial des Chagos reste entre les mains de la Grande-Bretagne.

Il ajoute que les États-Unis sont favorables aux revendications britanniques sur les Chagos. Ce qui fait, selon lui, que la seule façon d'aller de l'avant est de résoudre le différend par la voie diplomatique. Mais il incombe, dit-il, aux États-Unis et au Royaume-Uni de répondre aux demandes légitimes de l'île Maurice.

D’autant que les liens entre la Chine et l'île Maurice s'approfondissent à mesure que la question s'éternise. Il se demande si l’Inde, qui a désormais des relations cordiales avec toutes les parties concernées, ne serait pas en mesure de négocier une solution acceptable à tous ?

Mardi 22 Mars 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.