Menu



Société

Le consommateur mauricien survivra-t-il aux diverses flambées de prix qui s’annoncent ?


Rédigé par E. Moris le Mardi 6 Juillet 2021



Pas sûr ! Et pourtant, nombre d’opérateurs se battent pour dépecer la bête qui est en train d’agoniser. Et avant même l’heure de son trépas, ils réclament leur part de la dépouille qui n’avait déjà que la peau sur les os. La viande avait disparu depuis un moment !

Ainsi, avec l’augmentation des prix des carburants, voilà que les propriétaires des stations-service réclament une hausse de leur marge. 

Le président de la Petrol Retailers Association, Bhimraj Sunnassee, affirme que les coûts ont augmenté, que ses membres doivent injecter davantage d’argent, que les banques sont les grandes gagnantes car les paiements se font de plus en plus par carte et que le gouvernement se fait plus d’argent à travers la TVA. En fait, il soutient que seules les stations-services sont les perdantes dans l’histoire. Et Bhimraj Sunnassee de plonger dans le passé, quand cela lui convient, pour dire que depuis 2018, le ministère du Commerce avait promis de revoir la marge de profit. 

Manquerait plus que la Petrol Retailers Association ne menace d’asperger les consommateurs d’essence et d’y craquer une allumette. Mais il se pourrait qu’elle n’ait pas à en arriver jusque là, car l’association des boulangers aura déjà mis le pauvre consommateur dans un four à 890 degrés. Car les boulangers aussi réclament un morceau de viande de consommateurs pour accompagner leurs pains. Le président, Nasser Moraby, affirme que tout a augmenté, sauf le pain. Et là, il affirme que les prix des intrants vont augmenter et que les boulangers utilisent aussi du diesel. 

Sans hausse de prix, les boulangers devront mettre la clé sous la porte. Et pince-sans-rire, Nasser Moraby concède que le gouvernement avait subventionné le prix de la farine en décembre 2020. Mais cette mesure ne suffit plus. Et comme d’habitude, les vans scolaires veulent augmenter leurs prix.

Mardi 6 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.