Menu


Société

Le chef de Lakwisin et ses apprentis cuistots


Rédigé par E. Moris le Mercredi 19 Février 2020

Si la religion est l'opium du peuple, sans conteste l'île Maurice en est l'exemple. La religion est intrinsèquement liée à sa culture politique, sociale et culturelle.



Grand Bassin ( Ganga Talao) est un lac "sacré", lieu de culte pour les dévots de la communauté hindoue. Des milliers de pèlerins s'y rendent chaque année lors de la nuit de Maha Shivatri, l'un des plus grands festivals religieux de l'océan indien.

Si le lieu est devenu l'attraction majeure de l'île, il s'est transformé peu à peu en un vaste parc d'attraction spirituel. Entre temples dédiés au Dieu Shiva, Hanuman, Ganesh, on y trouve aussi les associations culturelles hindoues de l'île qui ont érigé ce lieu comme un Etat dans un Etat. Milice, groupuscules, drapeau aux couleurs de l'Inde, passage obligé des premiers ministrables ou des chefs d'Etat en visite...c'est The place to be !

C'est ainsi que le Premier ministre multiplie les allées et venues à Grand Bassin, matin, midi et soir !

Pravind caressant une vache, Pravind et son épouse, Pravind priant au pied du Mangal Mahadev, Pravind roulant avec un belo des rôtis, Pravind offrant généreusement des conseils spirituels...

Ces petites mises en scène du chef du gouvernement sont calquées sur son homologue indien, Narandra Modi. Une « communication à sens unique » qu’affectionne les populistes.

Au mépris des règles où la religion se pratique en toute intimité, Pravind Jugnauth marque son omniprésence sous l’œil avide des médias pro gouvernementales. Avec son idéologie, il laboure le terrain pour infuser dans les esprits, l’idée que Maurice est une nation nécessairement hindoue, flattant ici l’ego d’une religion pourtant largement majoritaire, rabâchant qu'il est le représentant du peuple.

Une « machine de guerre » qui fonctionne et qu'affectionne les ministres et députés.

C'est dans le sens où tourne les caméras, que tout sourire, T18, la Rihanna en herbe et l'ex-animatrice Subashnee toutes pimpantes, se plient à la règle. Etre vues et se faire voir. Elles ont su vite remplacer les Roubina et Sandhya de Lakwisin, méritant ici et là certaines railleries. Les ministres n'ont pas non plus fait dans la sobriété, arrivés en voiture avec chauffeur, le temps de quelques clichés, un kanwar sur les épaules, ils ont parcouru quelques mètres, rapidement publiés sur leurs pages officielles.

A noter que ceux qui ont été fraîchement nominés à un poste, sont pour une fois restés discrets sur les réseaux sociaux, alors qu'ils avaient pris pour habitude de montrer publiquement leur grande dévotion au régime au pouvoir et leur grande spiritualité à toute épreuve, même en période de carême. Ils avaient compris que la meilleure façon pour entrer dans l'arène politique c'était de flatter leur gourou politique à défaut d'un électorat qui ne les a pas élu !


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.