Menu

Société

Le cat-walk des fonctionnaires de la Santé à l’Icac se poursuit cette semaine


Rédigé par E. Moris le Lundi 27 Décembre 2021



Ladies and gentlemen…the show must go on ! Le défilé des cadres du ministère de la Santé dans les locaux de l’Icac n’est pas terminé.

Cette semaine aussi, on aura l’occasion de déterminer qui a le look le plus terne parmi les fonctionnaires. Et pour commencer, on s’intéresse à la diva. Dalida Allagapen sera de retour au Réduit Triangle en compagnie de son avocate Narghis Bundhun, la plus austère des avocates.

Elle a été interrogée trois jours de suite la semaine dernière. Il se pourrait qu’il n’y a que l’Icac sur son agenda jusqu’à la fin de l’année. Et pour cause ! Fraîchement retraitée, et ses bénéfices assurés, elle a beaucoup de temps à consacrer aux enquêteurs.

Ces derniers tentent d’ailleurs de la pousser à la chansonnette mais elle tient bon. Si Michel Sardou pouvait faire l’amour en chantant, ils espèrent que Dalida peut se confesser dans une chanson. Surtout que le sujet qui concerne la diva Allagapen est riche.

Les enquêteurs auraient découvert que toute la procédure afin d’acheter du Molnupiravir auprès de CPN Distributors aurait été complétée en moins de 24 heures. C’est un exploit ! Il n’y a que pour les sales besognes que les fonctionnaires mauriciens peuvent travailler à vitesse éclair. C’est ce point que les enquêteurs veulent éclaircir.

Il n’y a pas que Dalida… Brijendrasingh Naeck, Principal Pharmacist au ministère de la Santé, actuellement suspendu de ses fonctions, serait lui encore au Moyen-âge en ce qui concerne la technologie. Pas étonnant d’ailleurs ! Beaucoup de ceux qui l’ont côtoyé soutiennent qu’il n’est même pas capable de monter un dossier tout seul. Allez savoir s’il s’agit là de mauvaises langues.

En tout cas, dans son cas, les enquêteurs tentent de découvrir d’éventuels liens avec des fournisseurs. Mais outre les deux acteurs principaux, il semble que des seconds rôles aussi seront appelés dans les locaux de l’Icac…et pas pour faire de la figuration.

Lundi 27 Décembre 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.