Justice

Le bureau du DPP demande une enquête policière sur le document remis par Dayal à la presse

Lundi 17 Septembre 2018

C'est ce lundi 17 septembre que le réprésentant du Directeur des Poursuites Publiques (DPP), Me Medha Armoogum, face aux magistrats Bodhoo et Gayan, a condamné la tenue d’une conférence de presse dimanche, veille d'une comparution en cour par Raj Dayal.


Le bureau du DPP demande une enquête policière sur le document remis par Dayal à la presse
Pour le représentant du DPP, cela constitue un outrage au tribunal. Le bureau du DPP demandera une enquête policière sur le document remis par Dayal à la presse.

Si Me Ravi Rutnah, avocat de l'ancien ministre de l'Environnement, voulait contre interroger trois témoins dans l'affaire "Bal Kouler", Me Armoogum a refusé en avançant que cette motion est prématurée.

L'affaire sera de nouveau en cour le 9 novembre prochain.

La lettre anonyme est une correspondance, qui lui a été fait parvenir par une «source», entre le numéro 2 du Bureau du DPP et le commissaire de police et remonte à avril 2016. La lettre démontre que l’Independent Commission against Corruption (ICAC), n’a pas suivi les procédures en vue d’enquêter sur les allégations portées par l’ancien ministre de l'Environnement contre l’homme d’affaires, Patrick Soobhany, pour complot.  

Raj Dayal est accusé de corruption en Cour intermédiaire. 

L’affaire Bal Kouler a éclaté en 2016 et lui a coûté son fauteuil de ministre. Patrick Soobhany avait allégué que Raj Dayal, alors ministre de l’Environnement, lui avait réclamé un pot-de-vin. Selon lui, le député lui aurait dit d’acheter «50 bal kouler» afin qu'il puisse les distribuer dans sa circonscription Flacq/Bon-Accueil, en vue de la célébration de la fête Holi. 

En contrepartie, Raj Dayal aurait du approuvé la demande de permis Environmental Impact Assessment (EIA) logée par l'homme d’affaires pour un projet à Gros-Cailloux.


Lire également :

https://www.zinfos-moris.com/Affaire-Bal-Kouler-Coup-de-pression-de-Raj-Dayal-lors-d-une-conference-de-presse-a-la-veille-d-une-comparution-en-cour_a1376.html

Rédigé par E. Moris le Lundi 17 Septembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.