Menu


Politique

Le Wakashio ne s’est pas encore brisé mais d’autres fissures apparaissent


Rédigé par E. Moris le Lundi 10 Août 2020

Le bateau continue à se fissurer, mais il est clair qu’à un moment ou à un autre, le bateau va se briser. C’est ce qu’a déclaré le Premier ministre lors d’un point de presse cet après-midi. « La situation est grave », a-t-il déclaré.



Pravind Jugnauth a indiqué qu’à ce jour, il n’y a aucune fuite d’huile dans la mer. Il a cependant mis en garde que les dernières perspectives ne sont pas agréables. D’où le fait que le gouvernement travaille sur un scénario du pire, c’est-à-dire ce qu’il adviendra si le bateau se casse. 

Pravind Jugnauth a rappelé que les opérations de pompage du carburant depuis le réservoir endommagé se sont poursuivies à la mi-journée.

Depuis la mi-journée, 500 tonnes d’huile ont pu être pompées. Ce qui fait qu’il ne reste, à bord du navire, que 1950 tonnes. Il a indiqué que le navire Elise est actuellement en plein travail et que le Teshta Star prendra le relais. De plus, des démarches ont aussi été entreprises pour qu’un autre navire, le Gulf Star, qui appartient à une compagnie privée se joigne à l’opération. 

Le Premier ministre a annoncé que la compagnie Taylor Smith a mis à la disposition du gouvernement un navire ayant une capacité de 5 000 tonnes. Il a aussi annoncé que des équipements, dont des pompes et des tuyaux flottants, sont arrivés à Maurice. Il a aussi souligné que des traces d’huile ont été notées à Grande Rivière Sud Est, Trou d’eau Douce et même l’Ilot Mangenie

« On tient les comptes concernant les préjudices subis par le pays »

C’est ce qu’a déclaré le Premier ministre en réponse à une question de la presse. Il a déclaré que le gouvernement note tous les préjudices et dommages que le pays et l’environnement ont subis. Il a indiqué que par la suite, il y aura une réclamation que le pays enverra aux instances concernées.

Le Wakashio ne s’est pas encore brisé mais d’autres fissures apparaissent


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.