Tizhomvert

[Le TiZom Vert] Comme au tir aux pigeons

Lundi 16 Juillet 2018

Connaissez-vous le tir aux pigeons ? Dans les anciens temps, mais pas si ancien que çà, il se pratiquait avec.... des pigeons vivants !


[Le TiZom Vert] Comme au tir aux pigeons
Pratique sportive issue de la chasse au fusil, ancêtre du tir aux pigeons d'argile , il utilisait pour cibles des oiseaux (pigeons  en général), libérés de leur cache (souvent un chapeau haut-de-forme) en tirant sur une ficelle. Le tireur ne pouvait pas voir l'instant du lâcher et devait donc tuer les volatiles avant qu'ils ne s'échappent au loin dans le ciel.

La première mention d'un tir aux pigeons (trapshooting) semble dater de 1793, dans un magazine anglais (Sporting Magazine).

À la fin du xixe siècle, alors que l'utilisation des oiseaux vivants est jugée honteuse ou peu éthique par une partie du public, ils sont peu à peu remplacés par le tir sur des cibles mouvantes mais artificielles.

Une compétition fut quand même organisée pendant les Jeux olympiques de Paris en 1900. La série de tirs était interrompue dès que le tireur avait manqué son deuxième pigeon. Près de 300 pigeons furent utilisés pour cette compétition dont les résultats ne sont pas inclus dans la liste officielle des résultats olympiques du CIO.

L'historien Andrew Strunk rapporte dans un article de 1988 l'état du champ de tir à la fin de l'épreuve, dans une vision où « les oiseaux estropiés se tordaient sur le sol, le sang, les plumes qui tourbillonnaient en l'air et les femmes assises à côté sous leurs ombrelles étaient en pleurs ».

Et le tir aux chauves-souris ?

Octobre 2015. Le gouvernement Mauricien annonçait l'abattage en masse de la chauve souris (pteroptus niger) - pourtant endémique à Maurice et classifiée Vulnérable par l'IUCN (l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature).

Le tir aux chauves-souris fit ainsi son apparition, réservé aux soldats d'élite de la SMF, activité pratiquée entre novembre et décembre 2015, et renouvelée en décembre 2016.

Les cris désespérés et les pleurs des associations de protection des animaux (locales et internationales) n'y changeront rien.

Quelques dizaines de milliers de chauves-souris en firent les frais.

Imaginez ces centaines de femelles tombant en vrille, leurs petits toujours agrippés.

Au delà de cette tuerie légale, certains s'en donnèrent à cœur joie. Frondes, cannes à pêche, filets, la chauve-souris se retrouva bien vite en civet ou carri, comme gajak ou au diner.

Cela avec la bénédiction des autorités qui restèrent de marbre malgré les multiples dénonciations de cette chasse illégale.

Comment sommes-nous arrivés la ? 

Un contexte complexe, des planteurs de fruits concentrés sur le profit à tout prix, un manque flagrant d'informations, une politique (partisane) contraire à la protection efficace de la biodiversité, un animal très peu connu finalement... 

Aujourd'hui le pteroptus niger est classifiée comme espèce en voie de disparition après l'importante diminution de sa population causée principalement par les abattages massifs mis en œuvre par le gouvernement en 2015 et 2016 et à la chasse illégale.

Un recul majeur pour Maurice, longtemps reconnu comme modèle pour la protection de la biodiversité en danger ( la crécerelle ou le pigeon des mares).

Mais la, cette réputation a pris du plomb dans l'aile. L'UICN prévoit que le déclin va continuer avec la poursuite des pressions pour d'autres séances de tirs aux chauves-souris, l'augmentation de la chasse illégale, la protection juridique réduite de l'espèce, la réduction continue de l'étendue et de la qualité de la forêt, (un habitat clé pour le repos et la recherche de nourriture); et la probabilité qu'au moins un cyclone majeur survienne d'ici quelques années.

Il n'y eut pas d'abattage en 2017, mais il n'est pas certain que l'opération tir aux chauves-souris ne reprendra pas dans quelques mois si certains restent ancrés dans leur bêtise.

References: wikipedia.org  / http://www.iucnredlist.org/details/18743/0 /
http://www.mauritian-wildlife.org/application/index.php?tpid=30&tcid=81
 
 

Rédigé par Le TiZomVert le Lundi 16 Juillet 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.