International

Le Sénégal dénonce la convention de non double imposition avec l'Ile Maurice

Vendredi 21 Juin 2019

Le président Macky Sall : "Notre pays a perdu 150 milliards de recettes fiscales au profit de l'Ile Maurice et risquait d'en perdre encore plusieurs milliards à l'horizon 2021…" Cette déclaration a été publiée dans le journal en ligne Senews le 19 juin.


Les critiques étrangères continuent à mettre en péril la crédibilité des services financiers mauriciens. Il faut dire que les attaques ne cessent d'accroître jusqu'à créer un crise sans précédent.

Ce sont des articles à charge qui sont publiés au Sénégal, repris dans la presse africaine, notamment au Bénin et qui risquent de faire beaucoup de bruits à Maurice. 

Le Sénégal pourrait  quitter la convention de non double imposition signée avec l’île Maurice en 2002 et ratifiée par l’Assemblée nationale le 6 février 2004. Cette convention visait le renforcement de leur coopération économique dans le domaine fiscal. La raison de cette menace: le Sénégal aurait perdu 150 milliards de recettes fiscales au profit de l’Ile Maurice. Le Président de la République du Sénégal, Macky Sall, a décidé afin de préserver les intérêts de son pays, d'exiger du ministre des Affaires étrangères, Amadou Ba, de dénoncer cette convention.

Sudhir Sesungkur, un ministre dans la tourmente des critiques internationales

En effet, le gouvernement sénégalais estime que le fait que l’Ile Maurice soit un paradis fiscal très connu, nombre d’entreprises étrangères investissant au Sénégal dans les ressources minières comme l’or ou le zircon ont choisi de domicilier leurs sociétés à l’Ile Maurice. Une manière de ne pas payer de recettes fiscales en profitant de la convention existant entre les deux pays. Une stratégie qui a fait perdre au pays 150 milliards durant les 17 années précédentes.

Selon senenews, la Convention tendant à éviter les doubles impositions et à prévenir l’évasion fiscale en manière d’impôts sur le revenu. Elle vise également la prévention de la fraude et de l’évasion fiscales internationales qui sont évolutives, multiformes et complexes, et qui menacent la préservation de l’assiette fiscale.

Environ 150 milliards de recettes perdues par le Sénégal en 17 ans de convention

Le 1er juillet prochain étant la date butoir de reconduction tacite de cette convention bilatérale, les autorités sénégalaises ont donc pris les devants pour notifier à la partie mauricienne leur décision de mettre fin  à ce texte.

L'île Maurice, sur la "liste grise" de l'Union européenne

Toujours selon l'article, l'île Maurice attire de nombreuses sociétés offshore grâce aux "facilités" qu'elle leur octroie, avec plus ou moins de transparence. [....] En 2017, le secteur des services financiers représentait à lui seul près de 50 % du PIB, contre 7 % pour le tourisme et 15 % pour l'industrie. Ces avantages liés à la "résidence fiscale" de sociétés et de particuliers fortunés à Maurice placent l'île dans le radar mondial des "paradis fiscaux". "

Et de conclure "évasion fiscale, opacité sur les montages et mouvements de fonds, blanchiments de capitaux aux origines douteuses (drogue, terrorisme, etc.)… Maurice est dans le collimateur de nombreuses associations et Etats."

Source : Senews "Macky dénonce la convention de non double imposition avec l'Ile Maurice"

 

Rédigé par E. Moris le Vendredi 21 Juin 2019


1.Posté par Nawak le 21/06/2019 15:27 (depuis mobile)
Vous êtes sûrs que les services financiers représentent 50% du PIB mauricien ? Cette information ressemble plus à une infox... Aucune source sérieuse (FMI, diplomatie française n''évoque ce chiffre).

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.