Menu


International

Le Royaume-Uni sommé par l’ONU de rendre l’archipel des Chagos à l’île Maurice


Rédigé par E. Moris le Jeudi 23 Mai 2019

L'avis n'est que consultatif, mais il constitue tout de même un camouflet pour le Royaume-Uni. Mercredi 22 mai, il a été sommé par une majorité de pays à l’Assemblée générale de l’ONU de rétrocéder sous six mois à l’île Maurice l’archipel des Chagos qui abrite une base britannico-américaine stratégique.



Initiée par Maurice, une résolution en ce sens, non contraignante mais à forte valeur politique, a été adoptée par 116 pays, six s’exprimant contre, dont les États-Unis et 56 États choisissant l’abstention.

Dans leur avis, les juges de la plus haute juridiction des Nations unies ont estimé que le Royaume-Uni avait «illicitement» séparé l’archipel des Chagos de l’île Maurice.

«Le colonialisme ne peut plus être toléré», a réagi le premier ministre Pravind Jugnauth.

Le conflit entre les deux pays remonte à l’année 1965, quand Londres achète cette même année pour trois millions de livres aux institutions semi-autonomes de Maurice l’archipel des Chagos. Cette acquisition a pour but d’y installer une base militaire commune avec les États-Unis sur l’île principale de Diego Garcia.

En 1966, le Royaume-Uni signe un bail de 50 ans avec les Américains les autorisant à utiliser Diego Garcia à des fins militaires. Malgré l’indépendance de l’île Maurice deux ans plus tard, l’archipel reste sous le contrôle des Britanniques qui, entre 1968 et 1973, expulsent progressivement deux milliers de Chagossiens. Ceux qui partent à Maurice en voyage ou pour des soins médicaux se voient interdire de rentrer chez eux, puis les autres sont expulsés sans ménagement vers Maurice ou les Seychelles entre 1971 et 1973.

Depuis, arguant des raisons de sécurité, les Britanniques interdisent toute visite aux Chagos sans autorisation spéciale, rendant impossible un retour des Chagossiens. Ils sont aujourd’hui, avec leurs descendants, près de 10.000, répartis à Maurice, aux Seychelles et au Royaume-Uni.

Pour tenter de récupérer sa souveraineté sur l’archipel, Maurice multiplie depuis près de cinq décennies les recours allant jusqu’à saisir la Cour internationale de justice. Le 25 février 2019, se rangeant du côté de Maurice, celle-ci avait demandé à la Grande-Bretagne de mettre fin à son administration sur les Chagos dans un avis consultatif rejeté par Londres.

«Le temps était arrivé pour le démantèlement de la dernière colonie britannique en Afrique», dénonçait le premier ministre mauricien, Pravind Jugnauth. Il avait néanmoins souligné dans le même temps qu’il ne réclamait pas le démantèlement de la base de Diego Garcia, au cœur du conflit.

Car pour justifier le maintien de son contrôle, le Royaume-Uni a toujours insisté sur le rôle défensif de cette base qui permet de défendre le monde contre «les menaces terroristes, le crime organisé et la piraterie», comme il l’expliquait en 2017.

Source AFP.



 



1.Posté par Pamphlétaire le 07/07/2019 13:47
Le tour de passe-passe superbement expliqué par Patrick Pesnot et M. X sur la tromperie des Chagos.

https://www.youtube.com/watch?v=8B_O03ebRX0&list=PL8OOg9BfT3k8RxlrigFPeKbIMnwdr1n8O&index=7

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.