Menu

Société

Le Royaume-Uni serait prêt à négocier la rétrocession des Chagos avec Maurice


Rédigé par E. Moris le Vendredi 4 Novembre 2022



Historique ! Hier au Parlement, le secrétaire d'État James Cleverly a annoncé un revirement majeur de la position britannique qui pourrait permettre le retour des personnes expulsées par la Grande-Bretagne dans les années 1950.

Il a révélé que le Royaume-Uni a accepté d'ouvrir des négociations avec l'île Maurice sur la future rétrocession des îles Chagos. Cela, après des années de résistance et de défaites juridiques devant les tribunaux internationaux. L'accord envisagé permettra le retour des anciens habitants de l'archipel des Chagos qui ont été déplacés de force par le gouvernement britannique dans les années 1950. Le Royaume-Uni aurait l'intention de conserver le contrôle de l'île de Diego Garcia, qu'il loue aux États-Unis. L'Oncle Sam y a installé une base militaire stratégique. Dans une déclaration ministérielle écrite, le ministre des Affaires étrangères, James Cleverly, a déclaré que l'objectif était de parvenir à un accord avec l'île Maurice au début de l'année prochaine. Rappelons que le même jour, Pravind Jugnauth a fait une déclaration similaire au Parlement à Maurice. Cette déclaration fait suite à des discussions entre la Première ministre britannique Liz Truss et des représentants mauricien à New York en octobre.

Rappelons que le Royaume-Uni a été débouté à deux reprises devant les tribunaux internationaux sur cette question. Le gouvernement de Sa Majesté, qui veut se concentrer sur l'Indo-Pacifique, estime que la résistance britannique à une rétrocession entravait la capacité du Royaume-Uni à nouer des alliances dans la région. Les États-Unis semblent avoir reçu des assurances satisfaisantes concernant le maintien de leur base.

Vendredi 4 Novembre 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.


LES PLUS LUS EN 24H