Politique

Le Premier ministre se dit prêt à témoigner à la Commission d’enquête de Ameenah Gurib-Fakim

Samedi 25 Août 2018

Le Premier ministre, Pravind Jugnauth avait institué une commission d'enquête afin de faire la lumière sur la commission d'enquête elle même instituée par l'ex présidente de la République sur l'affaire Alvaro Sobrinho.


Le Premier ministre se dit prêt à témoigner à la Commission d’enquête de Ameenah Gurib-Fakim
Une affaire qui avait défrayée la chronique, le chef du gouvernement avait déclaré dans une colère noire que c'était un "Coup d'Etat,  "un viol de la Constitution", une "trahison". Les mots étaient très graves et violents.

Sous des menaces à peine voilées, le "maître chanteur" dit détenir des choses graves. Très graves.

Pravind Jugnauth : "Tou ce ki mo conné lor présidente li extrêmement grave...En temps et lieu mo pou détaille les reproches ki mo fer à la présidente"

L'ex résidente du château était invitée à témoigner devant une commission d’enquête présidée par le juge Asraf Caunhye concernant la mise sur pied d’une commission d’enquête sur l’affaire Alvaro Sobrinho, cela afin de donner sa version des faits.

Mais comme le ridicule a tendance à lui coller aux basques, le Premier ministre avait affirmé que la question d’une commission d’enquête sur les intérêts d’Alvaro Sobrinho à Maurice ne se posait pas tant qu’il n’est pas en présence de preuve tangibles nécessitant une telle initiatives. 
"Donnez-moi une raison pour laquelle je devrais !"
Le coup de l'ardoise magique des hommes politiques ! On en viendrait à oublier toutes les mises en examen pour corruption, blanchiment d'argent et les emmerdes judiciaires du bellâtre Alvaro.

Dans son entourage, on confirme que « s’il a quelque chose à dire, il le dira devant la commission. Il se tient à disposition de la commission, si cette dernière a besoin de lui. »

Affaire à suivre...

 

le Samedi 25 Août 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.