Menu

Politique

Le Parlement fermé ce mardi en raison de la Toussaint


Rédigé par E. Moris le Lundi 31 Octobre 2022



C'est le deuxième mardi consécutif, depuis la reprise parlementaire après trois mois de vacances, que les séances du mardi sont annulés. Mardi dernier, en raison des célébrations de la fête Divali la veille et ce mardi, 1er novembre en rapport avec la fête de la Toussaint. La prochaine séance se tiendra ce jeudi 3 novembre à partir de 15 heures 30.

Après trois mois de vacances parlementaires où certains ont profité pour s'offrir des "missions" sur le dos des contribuables, et à moins de six semaines de nouvelles vacances, toutes les raisons sont bonnes pour éviter les questions. Dans un langage propre aux mauriciens, cela s'appelle "zoué bouré".

Comme pour rajouter à l'insulte, avec ce semblant de démocratie, les travaux parlementaires sont ajournés un jeudi, pas de Question Time donc comme le prévoient les Standing Orders. Ce n'est pas le genre chiffres à donner des insomnies au gouvernement. Rappelons tout de même, que lors de la dernière session parlementaire, s'étalant du 29 mars au 26 juillet 2022, près d'une interpellation sur 4 est restée sans réponse.

Le chiffre exact est 281 sur 1001. Et celui qui a répondu le moins de questions qui lui étaient adressées est le Premier ministre. En effet, du 29 mars au 26 juillet 2022, sur les 11 séances parlementaires, 1001 interpellations ont été déposées. Mais seules 333 ont été répondues au Parlement. Certes, 387 ont été retirées pour diverses raisons. Mais 281 sont demeurées dans réponses. Pour ce qui est du Premier ministre, il n’a pas répondu à 103 interpellations. Le ministre des Finances suit en deuxième position avec 40 questions non répondues. On retrouve ensuite les ministres Lesjongard, Gobin et Hurreeram . 

Lundi 31 Octobre 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.