Politique

Le PPS Alain Aliphon porte plainte contre deux policiers

Mercredi 19 Décembre 2018

Une affaire abracadabrantesque en cette fin d'année.


Le Parliamentary Private Secretary, Alain Aliphon était au poste de police d'Albion dans la soirée du lundi 17 décembre après qu'une voiture ait terminé sa course contre le mur de son domicile.

Chose étrange, Alain Aliphon s’est rendu par la suite au Central Criminal Investigation Department (CCID) le mardi 18 décembre et a consigné une plainte...contre un sergent et un constable affectés au poste de police d’Albion. 

En effet, le PPS apprend que la voiture qui avait percuté plus tôt le mur de chez lui a été aperçue à Albion. En route, il croise deux policiers dans un véhicule et sollicite leur aide, mais ces derniers ont continué leur route. 

Le PPS de la circonscription n°20, les suit et il aurait même été menacé selon ses dires. 

Il décide de porter plainte contre eux en se rendant au poste de police d’Albion et tombe sur le même sergent et le même constable.  

Il affirme que les policiers ont refusé de prendre son statement et selon le PPS, les policiers lui auraient même menacé de lui sectionner le poignet. 

Il a fait une déposition contre les deux au CCID :
«Je n'ai pas besoin d’être PPS pour me faire respecter, mais s’ils agissent comme ça avec un élu, comment font ils avec le public?» 
Une enquête est en cours... 

Pour rappel, Alain Aliphon, connu sous le sobriquet «Al fonn » par ses petits camarades parlementaires, est celui qui a déclaré au Parlement être en faveur d'un "Green light" pour le " Petroleum Hub" à Albion ! Il ne connait rien à l'aboutissement sur ce projet à l'impact potentiellement néfaste dans sa circonscription, mais il n'est pas contre. Pour lui, une  station-service pour bateaux ne représente aucun danger ni de pollution. Des cuves de stockage remplies de pétrole. Où est le problème ? 
 

le Mercredi 19 Décembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.