Social

Le ‘Mouvement Ti planters Cannes’ réclame Rs 2 500 par tonne de cannes

Dimanche 4 Novembre 2018

Dimanche 4 novembre, à l’auditorium Octave Wiehe, à Réduit, le ‘Mouvement Ti planters Cannes’ a réuni la communauté des planteurs pour revendiquer leurs droits.


Dans la salle, la présence de plusieurs membres de l’opposition, dont le leader du PMSD, Xavier-Luc Duval est à souligner.

Plusieurs intervenants ont pris la parole pour l’occasion, dont Pradeep Jeeha qui a formellement fait la demande d’adresser un Private Notice Question (PNQ) sur le problème des petits planteurs à Xavier Duval.

Dans son discours, Pradeep Jeeha estime que les petits planteurs vivent dans une situation précaire et déplore le fait que ce sont uniquement les "barons" sucriers qui sont privilégiés au détriment des petits cultivateurs de cannes.

Toujours selon lui, en 2000 il y avait 30 000 ti planters et à ce jour, il n'en reste que 13 000.

C’est la raison pour laquelle le Mouvement Ti Planters Cannes’ demande à ce que ces derniers soient payés Rs 2500 par tonne de cannes « pou ki ti planters kapave respirer ».

Différentes propositions ont également été lancées notamment à l’Etat d’instaurer un prix statutaire juste et rémunérateur (Statutory fair and Remunerative Price- FRP) de la tonne de cannes livrée aux moulins à partir de Rs 2 500 par tonne et indexée annuellement.

L’amendement de la Sugar Industry Efficiency Act (SIE Act) et celle de la  Mauritius Cane Industry Act (MCIA Act) afin d’enlever l’obligation imposée aux petits planteurs de livrer leurs cannes uniquement aux moulins couvrant leurs zone de plantation.

L’exclusivité de la production sucrière aux petits planteurs en ce qui concerne la vente du sucre sur le marché locale.

Une copie de ces résolutions sera soumise au bureau du Premier ministre et le ministère de l’Agriculture, ce lundi 5 novembre.

Rédigé par E. Moris le Dimanche 4 Novembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.