Politique

Le MSM persiste et signe : Le contrat de rénovation obtenu par Ireko ne concernaient pas qu’une partie du bâtiment

Samedi 17 Novembre 2018

Le MSM persiste et signe : Le contrat de rénovation obtenu par Ireko ne concernaient pas qu’une partie du bâtiment
Bobby Hurreeram, Chief Whip et porte-parole du gouvernement, dit rejeter avec force les arguments avancés par l’opposition concernant le contrat de rénovation obtenu par Ireko.

Pour lui, ces travaux ne concernaient pas qu’une partie du bâtiment de l’hôtel du gouvernement, et donc excluaient le Parlement. Il était l’un des animateurs de la conférence de presse du gouvernement. 

Bobby Hurreeran a indiqué que c’est sous un gouvernement travailliste, en décembre 2009, que le la compagnie Ireko a obtenu ce fameux contrat.

Rappelons que les représentant légaux du défunt groupe BAI, les enfants de Dawood Rawat et plusieurs dirigeants de l’opposition soutiennent que le bâtiment abritant le Parlement n’était pas concerné par ces rénovations. 

Le Chief Whip a aussi déploré les attaques du leader de l’opposition à l’encontre des membres de l’Electoral Supervisory Commission et l’Electoral Boundaries Commission. Il a sévèrement critiqué ce qu’il a qualifié le choix du leader de l’opposition d’opter pour les patients qui font la dialyse pour sa Private Notice Question. Pour lui, c’est un sujet à soulever à l’ajournement des travaux.

Bobby Hurreram a aussi critiqué Shakeel Mohamed pour son clip ainsi qu’Alan Ganoo. 

Zouberr Joomaye, de son côté, a mis l’accent sur l’économie. Il s’est attardé sur certains points positifs pour le pays, comme la première place en Afrique dans le classement Mo Ibrahim, la 20e position concernant la facilitation des affaires et la sortie du pays de la liste noire de l’OCDE. « Tout cela est bon pour notre secteur financier », a déclaré le député.

Rédigé par E. Moris le Samedi 17 Novembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.