Menu


Politique

Le MMM promet d’instituer une enquête sur les contrats d’approvisionnement en carburants


Rédigé par E. Moris le Samedi 17 Août 2019



Le MMM a fait une virulente sortie contre le gouvernement au sujet du contrat d’approvisionnement en urgence pour l’approvisionnement de carburants.

Il s’agit d’un contrat pour six mois (août 2019 à janvier 2020). Le MMM dénonce d’abord l’inclusion d’une clause de confidentialité dans le contrat avec les deux fournisseurs avec lesquels la State Trading Corporation a négociés.

« Cette clause de confidentialité est inacceptable. Et le ministre a le culot de venir nous dire que la STC a fait des économies de l’ordre de Rs 309 millions. C’est du bluff », affirme-t-il. Et de souligner qu’il est « impossible » que pour un contrat de six mois, le gouvernement obtienne un meilleur prix qu’avec un fournisseur pour un contrat de trois ans. Et Paul Bérenger d’annoncer l’institution d’une enquête sur le Emergency Procurement mais aussi le contrat passé avec Mangalore. 

D’autre part, le MMM a confirmé qu’il ne sera pas présent à la partielle au no 7. Paul Bérenger a cependant choisi de présenter les trois candidats qui seront alignés par les mauves aux prochaines législatives. Ainsi, on retrouve Jaiprakash Meenowah, qui a déjà été élu à deux reprises dans cette circonscription. Il aura pour colistiers Pravind Ramtohul, un ancien haut cadre de la Banque de Maurice, et le Dr Vinod Gooraya, qui enseignait la psychiatrie aux États-Unis. 

Paul Bérenger a aussi évoqué la MBC, qu’il a décrite comme un « fiasco » du gouvernement. Il a accusé la corporation de se livrer à « un viol quotidien de la démocratie », tout en déplorant « le bazar » et « le jeu de chaises musicales » qui a lieu actuellement, « avec le chairman qui remplace le directeur général ».


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.