Menu



Economie

Le Gouverneur de la Banque de Maurice, Seegolam ne jure que par la roupie digitale


Rédigé par E. Moris le Samedi 7 Août 2021



Le Gouverneur de la Banque de Maurice, Seegolam ne jure que par la roupie digitale
« Les banques centrales africaines doivent travailler ensemble pour déployer les monnaies numériques ! » C’est ce qu’a déclaré Harvesh Seegolam, le Gouverneur de la Banque de Maurice à une conférence de l’African Caucus.

Il y avait été invité à être un des panélistes de la réunion hybride 2021. Il n’est pas dit s’il a fait le déplacement au Burundi ou s’il a participé par visioconférence. En tout cas, cette réunion regroupe les ministres des finances et les gouverneurs des banques centrales des 54 pays africains.

Dans son intervention, il a présenté les progrès réalisés par l'île Maurice sur la voie du déploiement d'une roupie numérique. Il a insisté sur le formidable potentiel que ce projet recèle en termes de stimulation de l'innovation, de produits et de services, ainsi que de renforcement du cadre de lutte contre le blanchiment d'argent.

L'île Maurice est l'un des premiers pays au monde à bénéficier de l'assistance technique du FMI pour la conception d’une Central Bank Digital Currency. Le gouverneur Seegolam a lancé un appel aux banques centrales africaines de travailler en étroite collaboration afin d'atténuer les risques d'exposition liés à la CBDC.

Il a également appelé à une collaboration accrue et à un partage d'expérience afin qu'un modèle de CBDC plus approprié puisse être élaboré et adopté pour répondre aux besoins des juridictions africaines. « À l'heure où des progrès rapides sont réalisés dans le développement des CBDC, il est essentiel que les banquiers centraux d'Afrique travaillent plus étroitement ensemble », a-t-il déclaré.

Samedi 7 Août 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.