Menu



Société

Le Festival Seggae Zwe organisé par Bruno Raya renvoyé par le ministre de la Santé


Rédigé par E. Moris le Vendredi 30 Octobre 2020



Jusqu’ici, c’est l’organisation d’un concert sans permis par un groupe pro-Ganoo qui faisait polémique ! D’ailleurs, la présidente du Conseil de district de Rivière-Noire a porté plainte aux autorités.

Cette fois-ci, c’est de nouveau un concert annulé qui fait grincer des dents. Après la quatrième édition de Reggae Sunsplash, qui devait avoir lieu le 3 octobre à Chamarel, avec des pointures du reggae local, annulée deux jours seulement avant l’événement, alors que le conseil du village et le conseil de district avaient donné leur accord, voilà que les organisateurs du Festival Seggae Zwe annoncé pour demain, samedi 31 octobre, sur le terrain de football de Bel Ombre a dû être renvoyé.

Les organisateurs sont contraints de tout annuler. Raison : le ministère de la Santé n’a pas donné son accord, alors que ni la police, ni la compagnie d’assurance, ni la Mauritius Society of Authors (MASA) n'ont objecté à la tenue de cet évènement.

Une situation que dénonce les artistes, surtout que les deux organismes locaux ont donné leur aval, pourquoi donc la Santé opposerait son veto. N'est-ce pas là une mesure punitive? Car parmi les organisateurs se trouvent de nouveau Bruno Raya, qui faisait partie des organisateurs du concert devant venir en aide aux personnes sans toit.

Le ministère de la Santé a argué que le concert allait provoquer de la pollution sonore, alors qu’il a lieu dans une zone qui a l’habitude d’accueillir des concerts. De plus, il est désormais interdit d’organiser des concerts dans les villages. Question : pourquoi celui des pro-Ganoo a-t-il eu lieu… sans permis qui plus est ? L’affaire prend de l’ampleur. Le silence de Sandra Mayotte, députée du no 14 et également chanteuse est déplorée.

 

Vendredi 30 Octobre 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.