Menu


Santé

Le Dr Laurent Musango, représentant de l'OMS tacle l'opposition sur la vaccination


Rédigé par E. Moris le Mardi 26 Janvier 2021



Lors du lancement de la campagne de vaccination ce mardi 26 janvier à l'hôpital Victoria à Candos, c'est l'intervention du représentant de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) à Maurice, le Dr Laurent Musango qui a marqué les esprits.

Si selon lui cette campagne est « le début du commencement pour aller à la fin du tunnel », c'est sa déclaration sur le fait que le Premier ministre et le ministre de la Santé ne sont pas parmi les premières personnes à se faire vacciner qui est assez étrange. Sous le sourire ravi et béat du ministre de la Santé et du conseiller du Pm, Zouberr Joomaye, Musango a déclaré : « S’ils (référence à Pravind Jugnauth et Jagutpal) s’étaient fait vacciner, je suis sûr que l’opposition ou les autres diraient : pourquoi avez-vous pris le vaccin des nécessiteux... ? ».

La transparence oui, l'ingérence politique non ! 

Cette nouvelle polémique ne va pas contribuer à redorer le blason de l’OMS : l’agence des Nations unies spécialisée dans la santé publique est régulièrement critiquée pour son opacité. Rappelons qu'à la tête de l'OMS, l'Éthiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus a déclenché un tollé en nommant, avant de renoncer, Robert Mugabe "ambassadeur de bonne volonté de l’OMS". Un titre essentiellement honorifique justifié, selon le directeur général de l'OMS, par le fait que le Zimbabwe est un "pays qui place la couverture universelle en matière de santé (...) au cœur de ses efforts pour apporter des soins à tous".

"Risible", "ridicule", "absolument inacceptable", "surprenant et décevant", ont aussitôt dénoncé de nombreuses organisations de défense des droits de l’Homme ainsi que plusieurs pays. Sous la pression internationale, le rétropédalage a eu lieu, sans empressement.


 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.