Justice

Le Dr Deshmukh Reebye arrêté par la Commission anticorruption

Jeudi 6 Décembre 2018

C’est le second cardiologue, après le Dr Nizam Domah, à être arrêté dans le cadre de l’enquête initiée par la Commission anticorruption sur les liens douteux entre des représentants de produits médicaux et des médecins du secteur public.

Le Dr Reebye aurait accepté deux billets d’avion offerts par la compagnie Chemtech. En contrepartie, selon l’Icac, il aurait recommandé l’achat de produits médicaux de cette compagnie, sans passer par les procédures d’appel d’offres selon le cadre établi.

Après un premier déplacement en Chine, du 31 juillet au 4 août 2012, le Dr Reebye aurait demandé le 15 octobre 2012 l’achat direct, sans passer par un exercice d’appel d’offres, de produits de Chemtech sur la pédiatrie.

En janvier 2013, il a effectué un déplacement au Canada et en a profité pour assister à une conférence de la compagnie Numed. De retour à Maurice, le Dr Reebye n’a pas informé le ministère de la Santé de ce déplacement, comme le veut la procédure. 

Sauf qu’en novembre 2012, il avait recommandé l’acquisition de produits Numed, représenté par Chemtech, encore une fois sans passer par un exercice d’appel d’offres. Les deux partis (le Dr Reebye et Chemtech) auraient dû informer le ministère de la santé de ces “sponsorships”, mais ne l’ont pas fait. 

Le Dr Reebye a été arrêté sous une charge de corruption (Receiving gift for a corrupt purpose). Quant à la compagnie Chemtech, représentée par Nadine Adam, elle sera poursuivie pour «Treating of public official ». 

Dans le cadre de cette même enquête, l’Icac avait arrêté le cardiologue Nizam Domah en novembre 2017. Ce dernier avait accepté des voyages de la compagnie Azur Medical ltd, du groupe IBL, avant de recommander l’achat des produits de cette compagnie au ministère de la Santé. Les deux font l’objet de poursuites en cour. Et une dizaine d’autres médecins sont dans le collimateur de l’Icac concernant des délits similaires.

Rédigé par E. Moris le Jeudi 6 Décembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.