Menu



Société

Le Conseil des religions évoque les propositions de l’Icta


Rédigé par E. Moris le Vendredi 30 Avril 2021



Le paragraphe en question est bien caché au milieu d’un long message en prévision de la nouvelle phase de déconfinement. Déjà, le Conseil des religions s’émeut du nouveau confinement avec « ses incontournables exigences et parfois difficiles implications », ainsi que « son lot de restrictions sanitaires, de règles de prudence,  de soins hospitaliers, de communiqués publics mais aussi de messages en tous  genres par les uns les autres sur les réseaux virtuels ».

Le Conseil des religions estiment que certains messages véhiculaient des  « fake news », d’autres étaient teintés d’« intox » et d’autres encore exprimaient « des opinions  pouvant frôler les théories de complot et autres conspirations ». L’organisme dit retenir « la responsabilité affichée des pouvoirs publics à essayer, avec la bonne  volonté, à soigner les citoyens portant et transmettant le virus, à gérer les  quarantaines et à effectuer, avec beaucoup de persévérance les « contact tracing »  afin d’endiguer la menace dans la population ».

Le déconfinement se précisant, le Conseil des religions dit être interpellé par le projet de régulation des réseaux virtuels de l’ICTA. Il affirme qu’il faut maintenir les indispensables, soit la protection de la démocratie et de la Constitution, le respect du « Rule of Law » et la séparation des pouvoirs, la moralisation de la politique et la promotion des droits  humains. Il estime qu’avant d’aller de l’avant avec tout projet de régulation des réseaux  virtuels par l’ICTA, tout citoyen doit pouvoir s’exprimer, tout groupe de citoyens doit  s’exprimer, tandis que des espaces de consultation et d’explication pédagogique sur  l’éventuel projet doivent être organisés et maintenus par le régulateur ; sans  imposer un « deadline » trop serré à un moment où la population doit se réhabituer  à la vie déconfinée.

Vendredi 30 Avril 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.