Menu



Société

Le Bangladesh s’émeut pour ses ressortissants qui ne peuvent envoyer de l’argent au pays


Rédigé par E. Moris le Jeudi 6 Mai 2021



Le Bangladesh s’émeut pour ses ressortissants qui ne peuvent envoyer de l’argent au pays
L’affaire prend des proportions incroyables dans le pays qui était le Pakistan Orientale à l’époque. Les Bangladais travaillant à Maurice n’arrivent à envoyer de l’argent à leurs proches au pays. Cela devient presque une affaire d’État.

Le Daily Star bangladais a écrit un article sur le sujet. Le quotidien rappelle que durant le confinement, il était impossible aux ressortissants bangladais de transférer de l’argent. Et pour cause !  Tout (ou presque) était fermé.

Les choses semblaient s’arranger avec l’entrée du pays dans la deuxième phase de déconfinement. Ainsi, le samedi 1er mai, pourtant jour férié à Maurice, les ouvriers bangladais par centaines étaient agglutinés autour des branches des sociétés de transfert d’argent. Le hic, c’est que la distanciation physique n’était nullement respectée, ainsi que d’autres règles sanitaires. Ce qui fait que le gouvernement aurait ordonné la fermeture de ces sociétés. C’est du moins ce que soutient le Daily Star sous la plume d’Ezaz Mahmud. Mais pour ces ouvriers ainsi que leurs proches au pays, c’est un véritable problème.

Dans l’article, la haut-commissaire du Bangladesh à Maurice, Regina Ahmed, est interrogée. Elle affirme avoir demandé aux autorités locales de permettre la réouverture de ces sociétés, sur une base humanitaire, mais en prenant en considération la santé publique. Apparemment, elle aurait été entendue. Car le sujet est à l’ordre du jour. Rappelons que, selon l’article, il y aurait près de 25 000 ouvriers bangladais à Maurice, dont 8 000 Bangladaises. Ils utilisent normalement Western Union, MoneyGram et Ria pour envoyer de l'argent au Bangladesh.

Jeudi 6 Mai 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.