Menu

Société

La tactique dilatoire d’Irfan Rahman échoue


Rédigé par E. Moris le Jeudi 6 Juillet 2023



La Senior Puisne Judge Nirmala Devat et le juge David Chan Kan Cheong ont rejeté la demande d’autorisation d’Irfan Rahman de recourir au Conseil privé du roi. Théoriquement, le commissaire électoral devra se rendre à la barre et fournir les personal answers, comme réclamé par les avocats de Cader Sayed-Hossen.

Résumons pour comprendre ! L’affaire concerne la pétition électorale de Cader Sayed-Hossen, qui demande un recount entre le nombre de voix qu’il a obtenues et celui obtenu par Gilbert Bablee. L’examen des boîtes grises, sous scellées, renfermant tous les documents utilisés lors du dépouillement n’avait montré aucune irrégularité. Suite à quoi, Irfan Rahman et Esthelle Lambert-Henry, Returning Officer au no 15 aux dernières législatives, ont déposé une motion pour réclamer le rejet de la pétition électorale de Cader Syed Hossen.

Celle-ci avait été rejetées par les juges Benjamin Marie Joseph et Ratna Seetohul-Toolsee. Les deux juges avaient aussi ordonné qu’Irfan Rahman et Esthelle Lambert-Henry fournissent des Personal Answers. On se rappelle que lorsqu’il a eu à fournir des Personal Answers dans le cadre de la pétition au no 19, Irfan Rahman, homme de principes, avait accepté un recount.

Reste désormais à déterminer si c’est le commissaire électoral lui-même qui ne veut pas se retrouver à la barre des témoins ou si c’est le gouvernement, craignant ce qui s’est passé dans le cadre de la pétition concernant le no 19, qui fait tout pour qu’il n’ait pas à répondre aux personal answers. Néanmoins, le Commissaire électoral n’a pas obtenu l’autorisation de la cour suprême de recourir au Privy Council. Il devra donc fournir les fameuses Personal Answers. Sauf si, comme Siddick Chady, il décide de saisir directement le Privy Council. Pensez-vous que ce soit une possibilité très lointaine ?

Jeudi 6 Juillet 2023

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.


LES PLUS LUS EN 24H