Menu



Société

La police est aveugle face aux provocations répétées du beau-frère de Bobby Hurreeram


Rédigé par E. Moris le Jeudi 5 Novembre 2020



Si ce n'est pas de la provocation à une incitation pour des émeutes dans le pays, ça y ressemble.

Deux mois à peine après les révélations de la Rédaction de Zinfos Moris où Ramjuttun Moher, dit Dhiren, fait l'objet d'une polémique entourant des messages invitant à la « provocation à la haine raciale » et « injure à caractère raciste » avec son groupe "Har Har" où ses membres ( son épouse, un publicitaire et un animateur radio entre autres) veulent avoir des fusils, si ce n’est des sabres. 

 

Un rassemblement sous forme de "rallye" à Grand-Bassin organisé le lundi 2 novembre à l'occasion de l'anniversaire du 186e anniversaire de l’arrivée des premiers migrants indiens à Maurice, a fait couler beaucoup d'encre.

 

Organisé par le beau-frère du ministre des Infrastructures, Bobby Hurreeram, Senna Budlorun, fils d’un ex-dirigeant socioculturel, grand défenseur des Baboojee, (qui a l'habitude de dérapage en tout genre et d'une plainte pour des propos à caractère raciste), des têtes brûlées n'ont pas hésité à parader en brandissant des drapeaux aux couleurs de l'Inde et des armes, notamment des sabres. Notons que ce rassemblement était sous forte escorte policière, mais la police selon l'inspecteur Shiva Coothen n'a rien vu. La police a initié une enquête.

 

La police est aveugle face aux provocations répétées du beau-frère de Bobby Hurreeram
Incitation à la haine raciale: silence troublant du ministre de l'Intérieur 

C'est dans cette ambiance que le beau-frère du ministre Hurreeram, qui s'autoproclame "Saffron Warrior" invite sa clique le 8 novembre dans la circonscription n°8 "pu en grand pooja." Rappelons que l'activiste Bruneau Laurette manifestera dans la circonscription du Premier ministre le 8 novembre. Une date proposée par la police! A quoi joue la police? 

Jeudi 5 Novembre 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.