Menu



International

La marque française de Tiécoura Sangaré plagiée à l'île Maurice : l'affaire prend une dimension internationale


Rédigé par E. Moris le Vendredi 30 Août 2019

Tiécoura Sangaré est un jeune danseur et styliste, originaire de Côte d’Ivoire qui partage sa vie entre Paris et Abidjan. Créateur de sa marque de prêt-à-porter, toute sa collection 100% wax est cousue main en Côte d’Ivoire, par des couturiers et ouvriers locaux. Puis vendus à Paris dans sa boutique dans le 11ème rue de Lappe.



Après l'affaire du clip plagié dans le cadre des Jeux des îles de l'Océan indien par l'agence Grey Mauritius et le célèbre "parallel thniking", voici une affaire qui met à mal de nouveau le sens de l'éthique mauricien à l'international.

Tiécoura Sangaré a lancé sa propre marque de prêt-à-porter en 2014 : TSGR (Tiécoura SanGaRé) et travaille essentiellement avec des tissus ethniques de pagne africain communément appelés "wax" dans de nouvelles coupes plus modernes pour en faire des vêtements casuals, chics et décontractés.

Le roi du Maroc mais aussi des célébrités ainsi que les plus grands rappeurs de la scène française s'habillent chez Tiécoura Sangaré : Moroco King, Booba, Black M, Soprano, Vegedream...

Si sa marque et son style sont reconnus à l'international, Tiécoura Sangaré a eu la désagréable surprise de voir que cela à donner des idées et des envies à d'autres de le plagier à Maurice. C'est en se faisant "taguer" sous la publication de la page de Ankara Mauritius sur Facebook que l'arnaque a été révélée au grand jour.

Contrefaçon, plagiat ou inspiration créatrice ? 

La Mauricienne Karen Kistnamah et le Nigérien Michael Olawole, ont tout simplement à travers leur entreprise Proliafrique Ltd (plus connu comme Ankara Mauritius sur Facebook), fabriqué mais aussi copié les modèles du designer depuis plus d'un an.

Ankara Mauritius a repris tout leur concept : prêt-à-porter mais aussi leur campagne de publicité. Les accessoires, sac, bijoux ont été pris chez d'autre marque : Nanawax, Grassfield, Blackhatsparis etc.

Tout est repris sur la même base de travail mais aussi leur campagne de publicité où ils se sont servis honteusement de la page officielle de la marque Tiécoura Sangaré sur les différents supports et réseaux sociaux.

C'est la consternation et la colère qui animent le créateur joint par La Rédaction de Zinfos Moris. Il a réalisé que toute ses créations et sa campagne de communication ont tout simplement servis à Ankara Mauritius à ses dépends depuis un an. Pire sa nouvelle collection a été lancée sous le nom de l'entreprise mauricienne.

Après avoir dénoncé ce procédé illégal et fallacieux, le jeune créateur soutient n’avoir jamais été contacté par la marque Ankara pour utiliser ses collections. Contacté par Tiécoura Sangaré, Ankara Mauritius se perd dans ses explications, s'excuse et a enlevé les photos du créateur sur les supports médias mais ne propose aucun dédommagement financier et souhaite "passer" à autre chose.
'Je vous laisse juger par vous même avec la photo ci-dessous, vous voyez le rapprochement ?'
Le manque d’éthique évident dans le milieu de la mode à Maurice, a des conséquences et des répercussions. Il est bien trop facile de copier pour ne pas avoir à financer des cerveaux de designers pour créer sa propre collection. Cela est tout bonnement révoltant, estime Tiécoura Sangaré.

C’est pourquoi il ne faut pas que les créateurs hésitent à mener les poursuite. Et si c’est le manque de moyens qui les freine dans cette démarche, il faut savoir que les actions collectives existent. Pour l'heure, le créateur dont le carnet d'adresse reflète le sérieux et le professionnalisme dans le milieu, a reçu beaucoup de soutien. Il ne compte pas en rester là. Affaire à suivre...

Le rappeur français Booba vêtue d'une création de Tiécoura Sangaré lors d'un Noël en famille. @ Tiécoura Sangaré
Le rappeur français Booba vêtue d'une création de Tiécoura Sangaré lors d'un Noël en famille. @ Tiécoura Sangaré


Tiécoura Sangaré et le roi du Maroc, Mohamed V.
Tiécoura Sangaré et le roi du Maroc, Mohamed V.

Vendredi 30 Août 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.