Social

La grève de la faim est devenue une "mode" selon la ministre Roubina Jadoo-Jaunboccus

Samedi 14 Juillet 2018

La grève de la faim est devenue une "mode" selon la ministre Roubina Jadoo-Jaunboccus
A la suite d'allégations de maltraitance dans deux Shelters de Pailotte et de Belle-Rose, la police a procédé à l'évacuation des enfants dans la soirée du mercredi 11 juillet.

Une enquête est en cours pour déterminer les responsabilités supposés de maltraitance dans ce dossier. 

Une des pensionnaires d'un de ces deux abris a dénoncé, dans une lettre, ses présumés agresseurs, au ministère de l’Egalité du genre, de la protection de la famille et des enfants, Roubina Jadoo-Jaunboccus.

Mais selon la version de Asha Guness, la gérante des deux foyers d’accueil, la fille avait l’intention de fuguer.

Elle estime que la décision du ministère de Roubina Jadoo-Jaunbocus de fermer les shelters : la Marguerite et Heaven Children Centre est injuste.

La directrice Asha Guness dit ne pas avoir les moyens d’entamer une bataille légale. Faute de solution, elle envisage une grève de la faim dans un ultimatum de 24h.

La ministre Roubina Jadoo-Jaunbocus ne compte pas céder à l’ultimatum de 24 heures lancé par la directrice des shelters de la Vedic Social Centre Organisation. 

Face à la presse ce matin, elle affirme que la grève de la faim est devenue une mode.  
«La grève de la faim in vin la mode aster»
La ministre souhaite que l’enquête suit son cours et si la responsable des shelters veut la rencontrer, il y a des « proper channels »à respecter.

Rédigé par E. Moris le Samedi 14 Juillet 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.