Politique

La gifle de Sesungkur au MSM : « Zordi pe amenn chanteur, segatier, novice. Bann comedian, bann showman. Koumadir parleman pou vine enn concert»

Samedi 12 Octobre 2019

Lors d'une réunion à Caroline dans la circonscription no 10 (Montagne-Blanche/GRSE), hier, vendredi 11 octobre, le moins qu'on puisse dire, c'est que le ministre sortant de la Bonne gouvernance et des Services financiers s'est lâché !

Piètre ministre des Services financiers, dans la tourmente des critiques internationales, il nous avait régalé avec sa magistrale gifle balancée à un photographe dans un mariage ou encore les frasques de son impétueux fiston Sohail.  N'ayant pas eu de ticket électoral pour les législatives du 7 novembre, il a fustigé sa direction et mis à nu ses états d'âme.

«Péché paye isi mem sa. Ou napa gagne drwa fer dominer. Dimoun pa kontan dominer».

Il en avait gros sur la patate, c'est ainsi que durant de longues minutes, il a parlé de loyauté et de sincérité qui n'ont pas été récompensés à sa juste valeur.
Sudhir Sesungkur a affirmé non sans une certaine ironie que «plis ki 50 % dimoun pa finn gayn plas. Inn al rod dimoun ek torche». Et de conclure : « Lontan kandida ti pe van parti. Zordi avek sa sitiasion la parti ki pe van kandida».

Les nouvelles recrues et candidats de son parti, on eu également droit à quelques tacles, affirmant qu'ils n'ont pas le calibre pour cette investiture. L'exemple flagrant selon lui, c'est ce qui s'est passé récemment au n°9.

« Zordi pe amenn chanteur. Pe amenn segatier. Pe amenn novice. Bann comedian. Bann showman. [...] Koumadir parleman pou vine enn concert».

Sudhir Sesungkur n'a pas épargné son leader, Pravind Jugnauth«Ce n'est pas par kopie slogan Sarkozy, pran style Modi, pran star ou pou kass grand pake».

Rédigé par E. Moris le Samedi 12 Octobre 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.