Politique

La garde rapprochée du Premier ministre : Un ex steward et une coach sportive

Dimanche 7 Avril 2019

Certes les voyages forment la jeunesse, mais comment Ken Arian, ce "conseiller" dont l'ascension auprès du Premier ministre intrigue, a pu claquer presque Rs 800 000 uniquement en billets d’avions pour un voyage à New York de quatre jours aux frais des contribuables.


C'est un fait, les voyages des conseillers au bureau du Premier ministre coûtent énormément aux contribuables. Notamment pour ceux de Ken Arian.

Le Premier Ministre a déposé la liste des voyages de ses conseillers depuis un an y compris le coût  des billets d’avions en excluant les per diems (argent de poche) et autres allocations qui n'ont pas été dévoilé....encore.

Et le moins qu'on puisse dire, c'est que la réponse à une question adressée par Rajesh Bhagwan lors du Prime Minister’s Question Time a choqué et interpellé plus d'un.

Des déplacements de janvier 2018 à mars 2019 où des sommes dépensées par l’Etat rien que pour les billets d’avion flirte l'indécence.

Ken Arian a passé deux jours en 2018, à Addis Abeba en Ethiopie où il a assisté à l’Assemblée de l’Union Africaine, prix du ticket : Rs 84,000.

En avril 2018, il assiste pendant une semaine à Londres à une conférence de chefs d’Etat du Commonwealth. Prix du ticket : Rs 217,000.

Les voyages auraient été effectués "evidaman" en première classe.

En septembre, une tournée emmènera Ken Arian en Chine (Forum in China Africa Summit), en France (Economic Cooperation ad Development) et au Pays Bas qui se chiffre à Rs 230,000. 

Le 24 au 28 septembre 2018 à New York du 24 au 28 septembre, il assiste à la 73e Assemblée Générale des Nations Unies. Prix du billet : Rs 775,635 !

Le 20 au 26 janvier, un voyage en Inde pour assister au Pravasi Bhratiya Divas se chiffre à Rs 61,000 .

En un an donc, Ken Arian a dépensé Rs 1,368, 638 en frais de voyage, billets d'avion uniquement. A titre de comparaison, les voyages des trois autres conseillers du Premier Ministre varient entre RS 28,800 et Rs 68,000 pour cette même période.

Concernant le salaire de Ken Arian, le nouveau blue eyed boy de Pravind Jugnauth, son salaire est de Rs 92 000 en tant que conseiller et il obtient des allocations de Rs 11 500.

Cependant, il ne faut pas oublier qu’il siège sur 4 conseils d’administration (et non des moindres). Président de Airports of Mauritius de Airport of Rodrigues Ltd et de Airport Terminal Operations Ltd (ATOL), membre du conseil d'administration du Mauritius Duty Paradise et de Rodrigues Duty Free Paradise. Un salaire qui n'a cessé de grimper pour cet ancien steward.

Vu la pagaille dans toutes ces organismes, il est fort à parier qu'on entendra parler de Ken Arian. Encore faut-il que Shavindra Dinoo Sunassee, qui est également président de l’Airports of Mauritius Employees Union, puisse s'exprimer et non sanctionné. 

Lors d'un entretien "Facettes cachées" accordé à un quotidien et face à une question d'une journaliste le 18 février 2018 : "Qu’auriez-vous souhaité réaliser avant de quitter ce monde ?" Ken Arian : Des tas de choses pour mon pays. Mais s’il fallait en nommer une, c’est en finir avec la pauvreté à Maurice." On en est loin... 

Les voyages de Sarah Rawat Currimjee totalisent un coût de Rs 61, 782. Elle est à la tête du Mauritius Sports Council, et conseillère au ministère de l’Education et au bureau du Premier ministre (PMO) et amie proche du couple Jugnauth.  

Avec un salaire de Rs 92 000, elle obtient des allocations de Rs 64 500. Souvent aux côtés du couple Jugnauth en jogging et casquette visée sur la tête, elle est la carte sportive du couple et dans les déplacements à l'étranger. L'épouse de Azim Currimjee, ancien de la MCCI et actuel président de l'Economic Development Board, siège sur 4 conseils d’administration, ce qui permet d'arrondir coquettement les fins de mois. 

Lire : Les nominations politiques du board de Landscope Mauritius Ltd

Bureau du Premier ministre, ces conseillers qui roulent sur l'argent

Rédigé par E. Moris le Dimanche 7 Avril 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.