Menu



Société

La doctoresse Gaud attaquée de toutes parts


Rédigé par E. Moris le Lundi 12 Avril 2021



Après la Government Medical and Dental Officers Association, au tour de la Private Medical Practitioners Association de s’en prendre à la doctoresse Catherine Gaud.

L’association représentant les médecins privés réclame également des excuses de la conseillère du ministère de la Santé. Le Dr Ishaq Jowahir, vice-président de l’association, rappelle lui aussi que Catherine Gaud n’est pas enregistrée comme médecin au Medical Council à Maurice. Et que de ce fait, « elle n’a pas le droit de venir blâmer les médecins, surtout ceux qui travaillent dans des conditions difficiles ».

Néanmoins, la PMPA concède que Catherine Gaud est une professionnelle de "renom", dans le domaine de la santé. Mais pour elle, c’est une raison supplémentaire pour ne pas « porter atteinte à la dignité » des membres du personnel de santé. D’ailleurs, pour l’association, la doctoresse Gaud devrait être rappelée à l’ordre. Notons que la Government Medical and Dental Officers Association a fait servir une mise en demeure au Dr Catherine Gaud vendredi.

Lundi 12 Avril 2021


1.Posté par leroy le 12/04/2021 20:55
Pourtant Français mais comme si à Maurice ils n'y avaient pas de bons professionnels de santé. Ils ont la capacités( certains ont fait des études à l'étranger d'ailleurs..) Ils font malheureusement avec le peu de moyens et d'aide de l'état surtout, et ça ce n'est pas de leur faute.Il faut leur faire confiance.

2.Posté par Frigidaire le 13/04/2021 15:18
Madame GAUD n'a jamais été une spécialiste des pandémie et elle n'est pas à l'ordre des Médecins de Maurice donc pas le droit de commenter et encore moins d'exercer seule.
A La Réunion c'est parce qu'elle était une proche du PCR qu'elle était connue sinon ...

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.