Justice

La cour rejette la demande de Veer Luchoomun pour une visite à Madagascar

Jeudi 16 Août 2018

Actuellement en liberté conditionnelle et en attente de son procès, Veer Luchoomun, frère de la députée et Parliamentary Private Secretary Sandhya Boygah et neveu de la ministre de l’Éducation Leela Devi Dookun-Luchoomun, souhaiter se rendre à Madagascar pour affaires.


Veer  Luchoomun s’est présenté aujourd’hui en cour intermédiaire devant la magistrate Adeelah Hamuth pour obtenir « un variation order » lui permettant de voyager à Madagascar pour s’occuper de son business.

Veer Luchoomun avait présenté mardi 31 juillet 2018 une demande pour la levée d’interdiction de quitter le pays.  

Il est en liberté conditionnelle après avoir été accusé de trafic de drogue.

La magistrate a rejeté la demande en avançant, entre autres raisons, que Veer Luchoomun n’a pas prouvé que sa présence à Madagascar est indispensable pour son travail.

Il est propriétaire d'un groupe de maisons de jeu qu’il gère avec sa femme. Le Baron Games House ainsi que d'autres établissements similaires sont implantés à Maurice et dans plusieurs pays de la région, notamment à Antananarivo à Madagascar et à Kigali au Rwanda. Le groupe Baron Bet compte environ 200 maisons de jeux. 

Pour rappel, Veer Luchoomun , frère de Sandhya Boygah, a un lourd passé judiciaire entre case prison et accident mortel sous l'emprise de l'acool.

Il avait été impliqué dans un accident de la route à Forbach. Au volant de sa voiture, il  avait causé la mort d’un soudeur de 27 ans. Il avait été testé positif à l’alcootest après l’accident.

Lire également le dossier de Zinfos Moris :

Veer Luchoomun, un frère peu convenable
https://www.zinfos-moris.com/DOSSIER-Veer-Luchoomun-un-frere-peu-convenable_a626.html

Rédigé par Administrateur ZinfosMoris le Jeudi 16 Août 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.