Politique

La commission d’enquête sur Ameenah Gurib-Fakim débute ses travaux le 6 août

Vendredi 20 Juillet 2018

La commission d’enquête sur Ameenah Gurib-Fakim débute ses travaux le 6 août
L'ancienne présidente de la République malgré quelques apparitions publiques que ce soit lors de la garden party organisée à l'occasion de la fête Nationale française dans les jardins de la résidence privée de l'ambassadeur ou au Nigeria où une rencontre avait été organisée par la Chief Executive Officer de la Murtala Muhammed Foundation avec une dizaine de parents de filles qui avaient été enlevées de leur école par Boko Haram et qui devraient être libérées incessamment.

Un autre rendez-vous attend Ameenah Gurib-Fakim. 

La première audience publique de la commission d’enquête sur la violation de la Constitution ou de toute autre législation par l’ancienne présidente de la République aura lieu le 6 août.

Cette commission avait été instituée pour enquêter sur les circonstances relatives à l’institution d'une autre commission d'enquête par l'ex-présidente de la République, et pour établir s’il y a eu tentative par quelque personne en vue d’usurper les pouvoirs de l’exécutif ou les attributions officielles de toute autre personne ou autorité.

La commission siégera à la Cour suprême et sera présidée par le juge Asraf Caunhye. 

Dans un communiqué émis jeudi 28 juin, la commission a lancé  un appel à témoins.

Elle invite les membres du public qui sont susceptibles de fournir des informations ou qui désirent témoigner devant la commission de faire parvenir au secrétaire, par écrit, une brève déclaration sur le thème que la personne voudrait aborder, avant la fin du mois de juillet.

Les personnes souhaitant témoigner devant la commission sont priées de donner leur adresse professionnelle, résidentielle ou électronique afin qu’elles puissent être contactées et informées du jour et de l’heure auxquels elles seront appelées à témoigner. 

A lire également :

https://www.zinfos-moris.com/Les-coulisses-de-la-Garden-Party_a351.html

Rédigé par E. Moris le Vendredi 20 Juillet 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.