Edito de Moris

La censure version Lepep, mode d'emploi

Dimanche 11 Novembre 2018

Maneesh Gobin, l’Attorney General, a profité de la plateforme présentée par le Comité des droits de l’homme des Nations unies, vendredi dernier, pour évoquer la question qui fait débat depuis l’adoption de la Judicial and Legal Provisions Act au Parlement. 

Une véritable plaidoirie en faveur d’actions pour s’attaquer à l’anonymat des internautes qui encouragerait selon lui l’impunité et les discours à caractère raciste. Il a plaidé pour combattre l’anonymat en ligne qui selon lui se propage comme un virus et qui encourage une culture « d’impunité ».

Si il n'en est pas moins vrai, ce sont les faux prétextes qui sont à souligner. Non seulement Gobin a été vague concernant le Freedom of Information Act, une promesse électorale de l'alliance Lepep en 2014, mais il maintient qu'il y aurait urgence de combattre l'anonymat sur le net.

L’anonymat fait couler beaucoup d’encre notamment depuis l’avènement des réseaux sociaux et des dispositifs de surveillance. Être anonyme sur Internet est devenu un luxe, et nombreux sont les internautes prêts à payer pour anonymiser leur connexion et leurs traces sur Internet.

N'oublions pas que l’anonymat permet dans certains cas de passer outre la censure et les restrictions. Vu les petites et les grandes manoeuvre du gouvernement à museler les voix dissidentes, qui oserait juger ceux qui ont fait le choix de se protéger et de braver un gouvernement répressif ?

Qui, si ce n'est cette presse servile, qui sert la soupe à l’oligarchie et trompe l’opinion. Elle est parfaitement représentative et nécessairement complice de la dictature qui s’instaure progressivement dans notre pays, et dont l’un des symptômes les plus flagrants consiste à museler des courants d’opinion qui ne vont pas dans le sens de la doxa dominante.

Le fait est que notre liberté d’expression, pilier de toute démocratie, est plus que jamais menacée. Au lieu de la défendre et de faire leur métier, certains journalistes s’en accommodent, avec une lâcheté déconcertante. Ils feraient mieux de se demander à qui cela profite, et de se projeter dans l’avenir afin d’appréhender la gravité de ce qu’il se passe à Maurice, à commencer par la censure des voix dissidentes sur les réseaux sociaux.
'N’allons pas jusqu’à espérer que ces mêmes journalistes couvrent le contentieux alarmant des procès à caractère politique, on ne peut pas à la fois être soumis et résistant…'
La passe d'armes entre les deux grands groupes de presse de l'île prêterait à rire si ce n'est face à la gravité de la situation. Quand un patron de presse utilise lui même un profil anonyme pour régler ses comptes, on aurait aimer que certains "chamcha" fassent profil bas. Tout comme lorsqu'on ambitionne d'obtenir un ticket électoral ou le fauteuil de directeur à la MBC.

Dans un même temps, qu'en est-il de ceux qui continuent en toute impunité à provoquer l'état mauricien ? Notamment  Javed Meetoo se revendiquant membre d'une organisation terroriste et souhaitant instaurer un état islamique à Maurice. 

Pour rappel, l'occupation illégale de la Place d'Armes à Port-Louis par des groupuscules extrémistes musulmans menés par Javed Meetoo, un prédicateur radical connu des autorités mauriciennes et de la cellule anti terrorisme, et la manifestation qui a suivi, ont mis les militants de la marche pacifique organisée par le Collectif Arc-en-ciel en danger.

La responsabilité du gouvernement et des forces policières ont été mises en cause par de nombreux hommes politiques et par certains médias suite à son refus d'arrêter immédiatement Javed Meetoo lors de cette manifestation illégale, connaissant ses actions répétées pour déstabiliser le pays. 

Leur silence est-il lié aux relations troubles de certains ministres avec des groupuscules de musulmans extrémistes ?

Au lieu de vouloir traquer les profils anonymes sur la Toile, qui on le sait, comme de véritables gnomes se multiplieront face à la répression, n'est-il pas plus important de traquer les personnes déjà fichées sur le sol mauricien qui agissent dans l'ombre ?

Comment en est-on arrivé à interrogé le caricaturiste Pov dans l'affaire Meetoo ?  Sa caricature parue à la page 2 de l’édition de l’Express du 9 juin 2018, montrant Javed Meetoo entacher le quadricolore mauricien avec les couleurs de l’État Islamique lui a valu un interrogatoire au Central Criminal Investigation Department (CCID) le 25 septembre 2018. 

POV, de son vrai nom, William Rasoanaivo, est accusé d’avoir commis une offense en vertu de l’article 5 de The National Flag Act, qui stipule ceci : 
"No person shall by any means or in any manner bring into hatred, ridicule, desecration or dishonour, the national flag." 
Depuis la loi des Jugnauth-Gobin, les citoyens se sentent menacés. Si le cas de Shameem Korimbocus ressortissant mauricien résidant à Dubai interpelle, n'oublions pas qu'un certain Kaushik Jadunundun installé dans le board de l'Icta (ancien porteur, boutiquier de quartier reconvertie dans des vêtements de luxe et désormais membre de l'Icta. En tant que tel, il n’est pas supposé faire de la politique active et encore moins s'arroger le droit de menacer sur les réseaux sociaux) avait déjà menacé journaliste et internautes, notamment le lanceur d'alerte Paul Lismore.

Le caricaturiste ZanPol anticipe face à la loi et a décidé de déposer ses crayons de couleurs contre les hommes politiques. Deven T de façon laconique a déposé sa signature sur une feuille blanche hier sur sa page Facebook. 

Drôle d'ambiance dans une République ! 


Rédigé par E. Moris le Dimanche 11 Novembre 2018


1.Posté par maurice de lisle le 12/11/2018 09:08
des litres d eau vont etre gaspillés pour l eteindre !
apres l IVAN dira " ya plu dilo pour le kuizine"

QD moriss se dotera t elle de lieux sains et propres et surs

2.Posté par maurice de lisle le 12/11/2018 09:49
ene Republik DemokratiK de Moriss , soeur de celle de Korea du Nord
élus ( par popa) de papa en piti le mentor Maneken-Piss a désigné Pinocchio ( par ailleurs mis en examen..)
comme les kim jung !

3.Posté par maurice de lisle le 12/11/2018 12:00
mince mon commentaire n est pas passé
je vais commenter la meteo, j aurai peut etre plus de chances !!

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.