Economie

La SBM victime d’une fraude électronique de Rs 490 M récupère Rs 350 millions

Jeudi 4 Octobre 2018

Les opérations indiennes de la SBM Bank (Mauritius) Ltd ont été victimes d’une cyber-attaque mardi.

Des transferts frauduleux ont été effectués et pouvaient, à mercredi, résulter en des pertes maximales de 14 millions de dollars (Rs 490 millions).

Sauf qu’entretemps, la banque a pu récupérer la moitié de la somme. Ces informations ont été révélées par la banque elle-même dans deux communiqués, publiés sur son site ce jeudi 4 octobre.

Les pertes s'élèvent désormais à Rs 140 millions. 

La SBM souligne qu’une enquête interne a été initiée et l’affaire rapportée aux autorités indiennes et mauriciennes. Évidemment, la banque souligne que cette affaire n’aura aucun impact sur les comptes de ses clients indiens et ses opérations à Maurice, au Kenya et à Madagascar.

La cyber-attaque a été menée par biais de SWIFT, un réseau de paiement international.


Ci-dessous le communiqué de la banque : 

Update on the Cyber incident on 2 October 2018 – SBM India Operations

Further to yesterday's press release and cautionary announcement with regards to a cyber
fraud on the India operations of SBM Bank (Mauritius) Ltd, SBM wishes to inform the public
that as a result of its recovery efforts, the maximum loss has been reduced to USD 4Mn.
Recovery efforts will continue and the public shall be kept updated.

There were further cyber attempts on SBM India operations last night but they were
unsuccessful due to the preventative measures that had been put in place. SBM will
continue to reinforce its cybersecurity to ensure effective resilience of its systems to such
attacks, which are unfortunately increasing in the banking industry globally and which often
result in significant losses.

Rédigé par E. Moris le Jeudi 4 Octobre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.