Menu



Justice

La New Supreme Court financée par l'Inde à plus de Rs 1 milliard opérationnelle


Rédigé par E. Moris le Lundi 7 Septembre 2020



La «School» n’est plus. Depuis le 30 juin 2018, les travaux de démolition de l’ancien collège Royal ont débuté pour laisser place à la nouvelle Cour suprême. 

La plus vieille bâtisse de Port-Louis n'est déjà plus qu’un souvenir. Malgré son poids historique et ses caractéristiques uniques, ce bâtiment n’a jamais été classé comme patrimoine national par le National Heritage Fund, mais était géré par le ministère des Arts et de la Culture. 

35 millions de dollars, soit plus d’un milliard de roupies, c'est le coût de la nouvelle cour Suprême avec un système de financement sous forme de donation du gouvernement indien.

C’est la National Buildings Construction Corporation de l’Inde qui a décroché le contrat de construction. 

À partir de ce lundi, la Cour suprême siégera désormais dans le nouveau bâtiment à l’angle des rues Edith Cavell et Desroches. Le premier coup d’envoi des travaux d’une séance consacrée aux motions sera donné par le chef juge Asraf Caunhye. Parmi, les pétitions électorales.

Ce nouvel édifice de 13 étages comprend 24 salles d’audience, trois Cours d’Assises, quatre cours commerciales, une cour pour les affaires formelles, une autre pour les affaires familiale. 

L’ancienne Cour suprême continuera à abriter la Master’s Court, le Master’s Office et l’ushers office sera aussi relocalisé dans le bâtiment en octobre prochain. La bibliothèque de la Cour suprême demeurera dans l’ancien bâtiment et ce jusqu’à nouvel ordre.

Rappelons que l'inauguration de la nouvelle Cour suprême a été célébré le 30 juillet par le Premier ministre indien, Narendra Modi, et le Premier ministre mauricien, Pravind Jugnauth.

 

Lundi 7 Septembre 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.