Menu



Santé

La Medical Council Act et la Dental Council Act modifiées pour faciliter l'enregistrement des praticiens étrangers


Rédigé par E. Moris le Dimanche 13 Juin 2021



Une mesure annoncée lors du Budget par le ministre des Finances le vendredi 11 juin, qui est presque passée inaperçue, mais aurait des conséquences sur l'avenir des professionnels de Santé à Maurice.

En pleine crise sanitaire et économique, doit-on recruter des médecins à diplôme étranger ? Sommes-nous face à une pénurie de médecins mauriciens qualifiés ? N'y a-t-il pas déjà une longue liste d'attente de médecins diplômés qui depuis des années ne peuvent travailler dans nos hôpitaux en raison de la politique de "petits copains/es" qui prime sur la médiocratie ? Rappelons la polémique de 2015 lorsque des fils et filles de avaient été recrutés ! 

A quoi joue, le gouvernement alors que la pandémie liée au Covid-19 a mis à l'épreuve la résilience des professionnels et du système de santé. Le fait de modifier le Medical Council Act et la Dental Council Act pour faciliter l'enregistrement des praticiens étrangers, ne va t-il pas au détriment de nos étudiants en médecine ? A qui profitera cette nouvelle modification à la loi ? Ceux et celles qui sont planqués comme "conseillers" de la Santé au Bureau du Premier ministre ? 

Rappelons que le budget alloué à la santé publique est de Rs 4,5 milliards, incluant un montant de Rs 2,3 milliards pour des infrastructures ambitieuses : un centre de cancérologie à Solférino ; un nouvel hôpital à Flacq ;un hôpital ophtalmologique à Réduit ; 6 médicliniques à Quartier Militaire, Stanley, Coromandel, Bel Air, Grand Bois et Chemin Grenier, 5 centres de santé communautaires à St François Xavier, Roche Bois, Grand Baie, Pointe aux Sables et Trou d'Eau Douce ; 4 centres de santé régionaux à Henrietta, Cap Malheureux, New Grove et Plaine Magnien ; et un centre cardiaque moderne à Cote d'Or. 

 

Dimanche 13 Juin 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.