Menu


La Mauricienne

[La Mauricienne] "Yogi" Adityanath, un prêtre extrémiste et islamophobe à la tête du plus grand Etat de l'Inde


Rédigé par La Mauricienne le Mardi 22 Janvier 2019

L'île Maurice avait accueilli sous fond de polémique en tant qu'invité d'honneur marquant la commémoration de l'arrivée des travaillées engagés, le Chief Minister de l’Uttar Pradesh, Yogi Adityanath. Celui qui a banni des brochures touristiques le Taj Mahal ! Connu également pour sa rhétorique anti-islam, il est impliqué dans 18 affaires criminelles.



Monument du XVIIe siècle, le Taj Mahal a le malheur de porter la signature d’un empereur moghol, Shâh Jahân, qui l’a érigé en mémoire de son épouse défunte, Mumtaz Mahal.

Dans la nouvelle Inde des extrémistes hindous, les monuments construits par les musulmans ne font pas partie du patrimoine national. Ré écrire l'Histoire. C'est la «campagne de purification» pour convertir «l'Hindustan» à l'hindouisme.  

Adityanath qui s'est octroyé le titre honorifique de «Yogi», est un jeune prêtre au crâne rasé, anneau d'or à l'oreille et drapé d'une tunique orange. Il aime répandre dans les médias son amour à nourrir ses vaches avant l'aube tout en pratiquant le yoga, une discipline glorifiée par Modi himself. Histoire peut-être de faire oublier sa vraie nature.

Un petit bonhomme haineux, obsédé par la quête d'une Inde hindouiste et végétarienne, nommé en mars 2017 par le Premier ministre Narendra Modi après la victoire du Parti du peuple indien (BJP) aux élections régionales.  

Comme député au Parlement de Delhi, il a initié plusieurs projets de loi. Notamment celui d’interdire l’abattage des vaches tenus principalement par les musulmans dans «son» Etat, considérées comme sacrées par les hindous quitte à mettre des milliers de chômeurs sur le carreau et brûler des abattoirs.

La crétinerie n'a aucune limite et aucune frontière, notre "Yogi" également chef d'une milice hindoue, combat le "jihad de l'amour". Selon cette théorie, les jeunes musulmans ne séduisent les jeunes filles hindoues que pour les forcer à se convertir. Des escadrons ont pour objectif d'harceler les couples mixtes.  

Ça a le chic de se surpasser dans la bêtise, à croire que ce nouveau Messie souhaite coloniser en connerie des terrains vierges inexploités. En 2015, il  affirmait que «ceux qui s’opposent au yoga et refusent le salut au soleil doivent soit quitter l’Inde, soit se noyer dans l’océan.» 
« Nous installerons des statues des déesses Gauri, Ganesh et Nandi dans chaque mosquée et nous construirons un temple du dieu Ram à Ayodhya, sur le site d'une ancienne mosquée ».
Comme une bêtise en entraîne souvent une autre. « Mère Teresa fait partie de la conspiration destinée à christianiser l’Inde». Rien que ça ! 

Dans une vidéo lors d'une réunion ses disciples ont l'audace d'appeler les Hindous à «déterrer les cadavres des femmes musulmanes pour les violer». C'est dire la folie de ces gens.  

La violence de Yogi Adityanath n’est pas que verbale. Il est aussi impliqué dans 18 affaires criminelles, sur lesquelles des enquêtes sont toujours en cours. Dirigeant de la milice Hindu Yuva Vahini, il est accusé d’avoir semé la terreur dans la communauté musulmane de l’Uttar Pradesh. 

Emprisonné en 2007 pour avoir organisé des émeutes, il est aussi poursuivi pour tentative de meurtre en 1999 dans l'attente d'un jugement, intimidation criminelle, incitation à la haine, dégradation de lieu de culte.  

Pour finir de compléter le portrait de ce dangereux sociopathe, cet imbécile patenté a applaudi le «muslim ban» que Donald Trump a tenté d'instaurer aux Etats-Unis.  

Il n'est pourtant pas bon ton à l'île Maurice, ces derniers temps de critiquer ou de s'indigner sur Mother India. Bien que l'omniprésence de l'Inde sur terre comme sur mer inquiète car elle s'infiltre dans toutes les institutions mauriciennes et ses projets à venir.

Ses défenseurs, des associations culturelles regroupées sous la bannière "Friends of India" parlent eux de "India Bashing" en ayant perdu la raison et toute objectivité, qu’elles qualifient de « campagne de dénigrement contre l’Inde ».   

Ces hurluberlus surgissent de l'ombre pour faire la leçon et parlent au nom des mauriciens pour soutenir le petit Pravind et son gouvernement.  
  
Oublions notre exemplarité du vivre ensemble. Invitons et acceptons l'invitation de ceux qui sont prêts à mettre leur propre pays à feu à sang pour une question de religion. Vive "Yogi" machin ! Welcome ! 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.