Menu


La Mauricienne

[La Mauricienne] Le dimanche de Pravind. Saison I épisode 3 : "Vis ma Vie"


Rédigé par La Mauricienne le Dimanche 14 Juillet 2019

Pravind c'est notre Martine à nous. Pravind peint les barrières, coupe des rubans, s'offre des selfies, fait du sport...mais il attire les emmerdes comme une pluie tropicale.



Papi est devenue mentor et baby sitter à son âge, même si il assure qu'il ne rempilera pas pour un autre mandat. Mais il faut dire que le fiston ne cesse de jouer à l'andouille.  

Il a beau prendre un pinceau et jouer à Picasso dans "Vis ma Vie", faire l'idiot en tyrolienne, se déguiser en Bob le Bricoleur, nettoyer le pays avec des gants ou au karcher. Junior se retrouve avec un tas de crasse qui lui colle au doigts.   

On a plutôt l'impression de visionner "video gag" et le "best of "des chutes spectaculaires.

Si les sondages pouvaient parler, ce serait à coup sûr la dégringolade la plus violente de l'histoire politique du pays. Ce n'est pas les quelques sursauts populaires arrachés sur un encéphalogramme plat qui feront oublier toutes ces emmerdes collés aux basques.

Vingt-deux ans après son entrée en politique, tout semble lui échapper depuis qu'il a été installé au poste de Premier ministre par un formidable tour de passe-passe à l'africaine.  

Après la "grande victoire" de ses propres déboires judiciaires, il se sent pousser des ailes. Même si ces adversaires politiques ne cessent de clamer que l'affaire Medpoint reste et restera un des plus grands scandales du siècle !

Papi et Junior avaient eu la chic idée de placer une dame qui adore les fleurs et les plantes mais qui collectionne les médailles comme d'autres des casiers judiciaires. Elle s'est offerte avec la modestie qui la caractérise récemment sa propre autobiographie. L'ex-résidente du Château de Réduit dont le clan Jugnauth a collé une commission d'enquête sur le dos ne fait nulle mention du bellâtre Alvaro et de ses anciens amis devenus très vite ses "ennemis" dans son nouveau "best seller".

On se dit qu'ont tient un concept ou un casting pour la meilleure comédie de l'année !

Après la disparition dans une "cave" digne d'Ali Baba du ministre magicien qui transforme son prêt en or, ou un autre qui se croit la réincarnation d'un Prince d'Arabie, ou d'un ministre qui avait bille en tête de lâcher des balles de couleurs par hélicoptère, ou celle qui a raflé le marché de "cocom de mer" sous couvert de conflits d'intérêts ou encore la matante Maya et ses histoires de biscuits, sans parler de ceux et celles qui ont été démis de leurs fonctions après une commission d'enquête sur la drogue. On se dit qu'ont tient un concept ou un casting pour la meilleure comédie de l'année 

Face aux successions de gaffes, bourdes, crises sociales, scandales et autres joyeusetés. Notre gymnaste nationale continue les acrobaties.

Et dans l'esprit de Coubertin, qu'on doit lui reconnaître désormais : "l'important n'est pas de gagner mais de participer ". Preuve en est, il a réussi à recycler une campagne de nettoyage vieille de deux ans du placard avec un objectif assez ambitieux : en trois jours se débarrasser des déchets et donner un nouveau look au pays.

A se demander si ces conseillers chèrement payés ne se foutent pas un peu de lui. Qui plus est, ce genre d'action à bien y regarder relève d'un échec cuisant. Tenter en trois jours, ce qui n'a pu être fait en 2 ans, c'est de l'inconscience. Les mauvaises langues diront que c'est la marque de fabrique du gouvernement Lepep. En cause l'inaction et le laxisme des autorités qui préfèrent participer à toutes sortes de "meeting"  en tant qu'agent politique pour plaire au maître du jour, que de faire leur boulot au quotidien qui est également à déplorer et à souligner.

Quand à toute cette poudre blanche qui débarque sur l'île comme un tsunami, la réalité est violente. C'est un point de non retour. Pravind restera l'homme qui nettoie le pays superficiellement, mais totalement incapable de gérer cette situation d'urgence nationale. Ce ne sont pas les saisies records ou médiatiques de drogue qui sont en jeux, mais bien l'avenir de toute une génération. Avoir une vision à court terme pour se faire réélire coûte que coûte en jetant des milliards dans les jeux des îles ou avec un Metro express qui a déjà des répercussions immédiates dans a vie des Mauriciens...c'est quitte ou double. 

Deux ans séparent ces photos. Une campagne de nettoyage recyclée à quelques mois de l'échéance électorale.
Deux ans séparent ces photos. Une campagne de nettoyage recyclée à quelques mois de l'échéance électorale.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.