Menu



Société

La MTPA et Maradiva poursuivis par une firme étrangère


Rédigé par E. Moris le Samedi 19 Décembre 2020



C’est une histoire de droit de propriété intellectuelle ! La Mauritius Tourism Promotion Authority et Maradiva Resorts sont quelque peu dans la mouise.

SARL Trust Influencer, une société basée à Monaco, a fait une demande d’injonction contre la tenue d’une cérémonie, les Influencers Awards Mauritius, prévue ce soir au Sugar Beach de Wolmar.

Que vient faire Maradiva Villas Resort & Spa dans cette histoire ? La réponse est simple.

C’est en partenariat avec le groupe Mauriplace Beach Resorts Ltd, gérant de Maradiva Villas Resorts & Spa, que la MTPA organise cet événement spectaculaire. SARL Trust Influencer soutient qu’elle détient les droits de tout ce qui aurait trait au terme Influencers Awards. Pour elle, il y a eu duperie. C’est l’avoué Pazhany Rangasamy qui a rédigé la demande d’injonction. Les papiers légaux ont été servis à la direction de la MTPA, au groupe Mauriplage Beach Resorts Ltd et à toutes les parties engagées dans l’organisation de cet événement.

Le couple Jugnauth, la MTPA, Maradiva et les liaisons dangereuses

Au nom de la société étrangère, Lolita Grace Benbachir (née Abraham) soutient que c’est en partenariat avec elle que l’événement aurait dû se faire. Elle évoque nombre d’échanges. Mais à un certain moment, la MTPA a contourné SARL Trust Influencer pour cette soirée où des influencers, bloggers, vloggers, youtubers et tiktokers devraient être mis en valeur. Outre l’injonction pour interdire la tenue de cette soirée, la société réclame des dommages de 150 000 euros à la MTPA, MaradivaVillas Resorts & Spa et les autres parties impliquées.

A lire également : Match de foot Liverpool : pub à coup de millions de roupies avec en prime "Mauritus"

Nilen Vencadasmy, un imposteur à la tête de la MTPA, à quand le coup de sifflet ?

Samedi 19 Décembre 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.