Menu



International

La FIT s’émeut du sort de l’équipage du Wakashio


Rédigé par E. Moris le Vendredi 30 Juillet 2021



La Fédération internationale des ouvriers du transport fait partie des organisations qui réclament la libération immédiate et le rapatriement de l'équipage du Wakashio, détenu par les autorités mauriciennes depuis plus d'un an.

Le président du département des gens de la mer, David Heindel, rappelle que cela fait un an depuis que le MV Wakashio s’est échoué à Pointe d’Esny et qu’il y a eu la marée noire. Il affirme que cela fait un aussi que les autorités mauriciennes détiennent les membres de l'équipage. « Ces derniers ne peuvent quitter le pays. La plupart sont détenus sans inculpation », a-t-il déclaré. David Heindel affirme que les syndicats affiliés sont "profondément préoccupés" par le traitement réservé à l'équipage du Wakashio par les autorités mauriciennes.

La FIT a écrit la semaine dernière au président de la République de Maurice, Prithvirajsing Roopun. Il dit comprendre que, dans un contexte particulier, des accusations criminelles contre des marins peuvent être justifiées. Il insiste cependant qu’il est important que ces personnes « aient accès à la justice et soient traités équitablement ». Ces deux aspects font partie des droits humains et sont garantis par la Déclaration universelle des droits de l'homme. « Nous pensons que le traitement subi par l'équipage du Wakashio est en violation des droits humains fondamentaux », a-t-il déclaré. Rappelons que le capitaine Sunil Kumar Nandeshwar et son second, Tilakaratna Subodha, ont été arrêtés par les autorités mauriciennes. Ils sont détenus depuis leur arrestation. La plupart des autres membres de l'équipage ont été assignés à résidence et gardés dans un hôtel local, apparemment au motif qu'ils pourraient être appelés à comparaître comme témoins dans un procès qui n'a pas encore commencé.

Vendredi 30 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.