Société

L’unité d’élite de la police mauricienne aux soins intensifs

Vendredi 28 Février 2020

Photo illustration
Photo illustration
Rien ne va plus au Groupe d’intervention de la police mauricienne. Le GIPM est considérée comme une unité d’élite. Ses éléments sont appelés à intervenir, non pas pour des exfiltrations, mais souvent pour des opérations délicates.

Par exemple, pour secourir des touristes égarés aux gorges de la Rivière-Noire ou alors pour escorter des prisonniers dangereux. Comme dans toute unité d’élite, les tests de sélection pour en faire partie sont durs. Mais selon plusieurs éléments, l’officier qui dirige cette unité en ferait un peu trop. Ils dénoncent la sévérité avec laquelle le major Pascal Pulchérie dirige l’escouade et surtout leurs conditions de travail.

Ainsi, jeudi, environ 27 éléments de cette unité se sont absentés pour cause de maladie. Ce mouvement de protestation a entraîné le transfert du major Pascal Pulchérie, qui n’est plus l’officier commandant de l’unité. Il a été remplacé par Pierre Mike Sambat.

Pascal Pulchérie est affecté à la Special Mobile Force, dont le GIPM est une unité spéciale. Toutefois, une enquête interne a été initiée sur les policiers qui se sont absentés. Ils risquent des problèmes au cas où l’enquête détermine qu’il y a eu complot pour paralyser le GIPM.

Rédigé par E. Moris le Vendredi 28 Février 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.