Menu



Politique

L’opposition s’intéresse à la MIC et aux villageoises


Rédigé par E. Moris le Lundi 26 Octobre 2020



Après le club de quatre pour discuter alliance entre les trois partis de l’opposition, voilà le clan de six chacun.

Ainsi, une demi-douzaine de dirigeants du MMM, et le même nombre côte PTr et PMSD se sont rencontrés ce lundi. Pratique pour une orgie… politique. Mais peut-être pas pour discuter alliance ! D’autant qu’à Maurice, comme le disait un ancien Premier ministre, il suffit que deux leaders soient d’accord pour qu’il y ait un accord. Donc, pas besoin de toute la brochette de… dirigeants. Mais le plus important, c’est qu’à l’heure de la conférence de presse, à l’issue de la réunion, ce sont les quatre principaux dirigeants qui se sont installés devant les micros et les caméras.

Ramgoolam, Bérenger, Duval et Boolell ont insisté pour une transparence totale concernant les décaissements effectués par la Mauritius Investment Corporation. « Il y a Rs 80 milliards qui ont commencé à être distribuées dans l’opacité la plus totale », a notamment déclaré le leader du PTr. Navin Ramgoolam déplore que même des compagnies qui viennent avec des nouveaux projets bénéficient de cet argent, qui provient des réserves de la Banque de Maurice. 

Beaucoup a aussi été dit sur les élections villageoises. Navin Ramgoolam, toujours lui, a déclaré que l’argent joue un rôle important dans ce scrutin. Il affirme cependant que les trois partis de l’opposition ne vont pas trop se mêler à ces élections. Quant à Xavier-Luc Duval, il a carrément parlé de corruption électorale. 

Sur l’affaire Angus Road, Navin Ramgoolam a déclaré que ce n’est « pas normal » que Pravind Jugnauth reste silencieux. « Son silence rend Pravind Jugnauth coupable », a-t-il ajouté, tout en précisant que la prochaine fois, cette affaire sera l’unique item au menu des discussions

Lundi 26 Octobre 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.