Menu


International

L'offshore mauricien au coeur d'un conflit impliquant une enquête d'Interpol sur le président du Zimbabwe


Rédigé par E. Moris le Jeudi 18 Juin 2020

L'épidémie de coronavirus et la propagation rapide du virus ont poussé de nombreux gouvernements à se battre pour des ventilateurs, des EPI et des kits de test. Dans la panique, certains ont vu une opportunité de profit.



La flambée de la maladie a fait naître une nouvelle tendance, le juteux business des masques de protection respiratoire, des solutions hydroalcooliques, des kits tests et des médicaments antiviraux.

Une enquête de ZimLive  sur une compagnie du Zimbabwe, Drax Consult SAGL, soupçonnée de blanchiment d'argent, a rapidement révélé un trésor d'informations divulguées, y compris des preuves que le gouvernement avait enfreint ses propres règles en matière de passation de marchés pour donner à l'entreprise le contrat.

Contrat de Rs 80 millions versés dans un compte en Hongrie par le gouvernement zimbabwéen.

ZimLive a indiqué que les autorités hongroises ont demandé à Interpol (Organisation internationale de police criminelle), d’ouvrir une enquête sur cette société crée en à peine deux semaines, et qui a obtenu un contrat de Rs 80 millions (2 millions de dollars américains), versés dans un compte en Hongrie par le gouvernement zimbabwéen.

Les contrats gouvernementaux lucratifs ont été concentrés dans le cercle familial, des associés du président et des donateurs de son parti Zanu PF.

Les membres de la famille et des associés du président zimbabwéen, Emmerson Mnangagwa sont également impliqués à travers des sociétés, qui permettaient d'écouler des stocks  d'équipements médicaux contre le coronavirus et des kits de tests.

Rs 40 millions devaient être versés dans l’offshore mauricien.

Selon l'enquête du média en ligne, la compagnie a transféré son argent à Dubaï et demandé que Rs 40 millions soient versés dans l’offshore mauricien. Qui plus est, deux de ces sociétés - Drax Consult SAGL, également connu sous le nom de Drax International, et Jaji Investments, enregistrée en Namibie - ne sont pas enregistrées auprès de la Procurement Regulatory Authority of Zimbabwe (PRAZ).

"Ces sociétés peuvent être liées à d'autres sociétés qui ont fait l'objet d'une enquête criminelle", a écrit le bureau d'Interpol à Budapest dans une lettre du 29 avril à la police de la République du Zimbabwe (ZRP), pour obtenir plus d'informations sur le paiement de 2 millions de dollars.

Les prix du marché en vigueur suggéraient que la facture de Drax était énormément gonflée d'au moins 500 000 $ US.

Une facture pour cette transaction, vue par ZimLive, portait le nom de Drax International avec une adresse à Dubaï, aux Emirats Arabes Unis. Le compte fourni est cependant au nom d'une société appelée Paymaster LLC - et il est détenu par Bank One Limited à Maurice. Paymaster LLC est une société enregistrée en Suisse.

Rappelons que le président du Zimbabwe, Emmerson Mnangagwa est arrivé au pouvoir par un coup d'État militaire en novembre 2017, promettant de sévir contre la corruption. Mais ses rivaux disent que la corruption a été pire sous lui que les 37 ans sous Robert Mugabe, l'homme qu'il a évincé.

Ce pays d'Afrique australe avec 15 millions d'habitants est actuellement pris au piège d'une crise économique, qui a incité le ministre des Finances à écrire à la Banque mondiale et au FMI pour lui demander un financement urgent, avertissant que le pays fait face à une «catastrophe sanitaire et économique».

Ce scandale flagrant confirme une fois de plus que la corruption est à l'origine de la crise au Zimbabwe. Le budget national a été saigné à sec par l'élite politique, y compris les plus hauts dirigeants et leurs enfants. 



 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.