Portrait satirique

L'inspecteur Tuyau contre la mafia organisée

Mardi 3 Juillet 2018

Quoi de mieux qu'un bon roman policier tout en restant bien au chaud en ce froid hivernal. Cette enquête est digne d'un thriller. Suspense, rebondissements qui ne cessent de nous tenir en haleine jusqu'à la révélation finale. L'univers du crime organisé, une famille ayant des liens avec des barons de la drogue, une Ma Dalton des temps modernes, la Reine de Plaine Verte et Ti nerf... C'est la nouvelle enquête de l’assistant surintendant de police Hector Tuyau.


Depuis l’audition du trafiquant de drogue Siddick Islam alias Ti Nerf devant la commission d’enquête sur la drogue, le 17 juillet 2017, la famille Boolaki était sous surveillance.

Ils ont éveillé la curiosité de la brigade anti-drogue, lorsque certains membres de la famille ont marqué de part leur présence l'audition de Siddick Islam. Ce dernier est en prison et purge une peine de 30 ans. Il a été interrogé par l'ex juge Paul Lam Shang Leen.

Fier comme un coq, l'ex-responsable de l’équipe enquête de la commission, l’assistant surintendant de police (ASP) Hector Tuyau, a évoqué un travail de longue haleine qui a duré plusieurs mois depuis la clôture des travaux de la commission.

 « C’est une affaire que nous suivons depuis les cinq à six derniers mois, soit depuis la clôture des travaux de la commission d’enquête sur la drogue. Dimanche, il y a eu un dénouement. Nous avons saisi environ Rs 52 millions dans la maison d’une famille à Plaine-Verte. Le travail avait démarré au sein de l’aéroport dimanche soir. Il s’est achevé à Plaine-Verte. On a appréhendé les membres de cette famille pour l’enquête. Nous déciderons par la suite de la marche à suivre »

Dimanche 1er juillet, le couple Mohammad Sameer Nobeeboccus et Bibi Annisah Bolaki, s’apprêtaient à quitter le pays pour Shanghai. Ils ont été interceptés à l’aéroport de Plaisance avec Rs 3 millions par les limiers de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (Adsu).

Bibi Annisah Boolaki avait des devises étrangères, des dollars et des euros, l'équivalent de Rs 1,8 million, dissimulés dans son cabas. À l’aéroport, elle n’aurait déclaré que Rs 523 506.

Son époux Saleem, ancien employé du journal feu le Matinal  était aussi en possession d'argent non déclarés aux autorités mauriciennes.

Comme un hasard ne vient jamais seul, sur le même vol se trouvait, le policier Shabeer Goolamgouse et Noor Hossen Ramoly, alias Khalil, deux complices présumés de Siddick Islam.

Ce duo soupçonné de blanchiment d'argent entretient des liens étroits avec la femme du trafiquant, Naseerah Vavra, alias la Reine de Plaine-Verte. Ils avaient été également auditionnés par la commission d’enquête sur la drogue présidée par l’ex-juge Paul Lam Shang Leen l’an dernier.

Après l’arrestation du couple, les hommes de l’ASP Tuyau se sont rendus au domicile du couple à Plaine-Verte pour une perquisition. Leur résidence se trouve dans un immeuble familiale de huit étages appartenant à la mère de Bibi Annisah Boolaki. Surprise ! Les policiers ont découvert plus de Rs 50 millions dissimulés dans des coffres et des valises. 

Sept membres de la famille Boolaki ont été interpellés. Bibi Nazoolbee Bolaki (la mère), son époux Utteenum Iqbal, deux autres filles du couple et le gendre. 

Dilshad Begum Bolaki et son mari Dilshad Ally Yeadallee, 43 ans, ont affirmé n’avoir que Rs 500 000 dans un coffre-fort. Les enquêteurs ont découvert Rs 2 millions. Un simple "oubli" du couple 

Dans un autre appartement, situé dans le même immeuble familiale, Sameerah Banu Bolaki, une autre fille avait dissimulés Rs 25 millions dans deux coffres-forts.

Cinq membres de la famille ont été relâchés sous caution et ont retrouvés leur domicile, sous liberté conditionnelle.

 

Rédigé par E. Moris le Mardi 3 Juillet 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.